Actualités

Projet de transformation de l’ananas pour l’exportation: Partners for development installe une chambre froide à l’aéroport

En vue de préserver la fraîcheur et garantir la qualité de l’ananas exporté vers l’Europe, l’Ong Partners for development vient d’installer une chambre froide à l’aéroport de Cotonou. L’infrastructure remise aux autorités aéroportuaires, ce jeudi 28 février, est réalisée dans le cadre du Projet de transformation de l’ananas pour l’exportation (Pinex).

Finie une bonne partie de la course contre la montre des exportateurs à respecter les délais d’acceptation des ananas à l’aéroport Bernardin Cardinal Gantin de Cotonou ! Leurs cargaisons peuvent être désormais gardées dans de bonnes conditions pour préserver la fraîcheur et assurer l’hygiène et la durée de vie des fruits en attendant les vols qui quitteront tard la nuit vers les marchés d’Europe et d’ailleurs. Pour ce faire, une chambre froide alimentée par une mini-centrale solaire capable de maintenir la température pendant deux jours même sans ensoleillement, est installée au niveau de la zone Fret de la plateforme.
D’une capacité de 18 tonnes d’ananas et d’un coût de 158 millions F Cfa environ, l’unité de réfrigération est mise en place dans le cadre du Projet de transformation de l’ananas pour l’exportation (Pinex) mis en œuvre depuis octobre 2016 par l’Ong américaine Partners for development (Pfd), sur financement du département américain de l’Agriculture (Usda).
La chambre froide a été inaugurée hier par les ministres Gaston Dossouhoui en charge de l’Agriculture, Serge Ahissou du Commerce ; Dale Miller Hill du conseil d’administration du Pfd et l’attaché régional de l’Usda, Jude Akhidenor, en visite au Bénin. C’était en présence des autorités portuaires, des producteurs et exportateurs d’ananas.
Selon Cynthia Taha, représentante résidente de Pfd au Bénin, l’installation de la chambre froide vient à point nommé pour satisfaire, quelque peu, l’exigence de chaîne de froid par les importateurs européens d’ananas afin de conserver les fruits jusqu’à destination, à défaut de mettre une chaîne de froid à la disposition de chaque exportateur.
Le président de l’Association nationale des exportateurs d’ananas du Bénin (Aneab), Jean-Xavier Satola, pousse un ouf de soulagement pour cette réponse apportée au cri de cœur que lancent lui et ses pairs et resté sans suite favorable depuis plusieurs décennies. C’est désormais chose faite et il s’en réjouit. Il témoigne sa reconnaissance à l’Ong Pfd et l’Usda, tout en plaidant que les exportateurs soient associés à la fixation des prix de consignation et qu’un scanner de cargaison et un hangar d’attente soient mis en place pour leur faciliter davantage la tâche.

Précautions

Destinée en priorité aux ananas et aux dérivés d’ananas en partance pour le marché d’exportation, la chambre froide peut servir également à la conservation de tous produits agricoles de la chaîne d’exportation (légumes et autres fruits) et dont la qualité nécessite une réfrigération. Mais, il faut éviter de placer dans cette chambre froide les ananas ensemble avec d’autres produits agricoles ou non agricoles pouvant créer des corps étrangers dans les cartons d’ananas, comme les animaux vivants ou morts ou des produits chimiques qui peuvent contaminer les fruits et occasionner leur rejet, préconise Mme Taha.
Le ministre Gaston Dossouhoui exhorte, pour sa part, les responsables de la Société des aéroports du Bénin (Sab), les avionneurs et les manutentionnaires à prendre bien soin des panneaux solaires, des batteries, des convertisseurs et autres pièces précieuses pour la longévité de la chambre froide désormais patrimoine de l’aéroport. Le directeur de la Sab, Smael Banse, a pris l’engagement de s’y employer afin que cette infrastructure participe au développement du commerce via la plateforme aéroportuaire et partant, du pays. 
L’inauguration de la chambre froide fait suite à la mise à disposition, mardi 26 février dernier, de quatre centres de formation et d’acquisition d’intrants (Community-based centers) destinés aux acteurs de la filière ananas sur le plateau d’Allada, dans le cadre du projet Pinex.

Par Claude Urbain PLAGBETO

Partager
Publicités
Le coton bio, le dernier challenge du Professeur Talon en Afrique

Publications similaires

Laissez un commentaire