Actualités

Awanabi Idrissou La blogueuse qui promeut agriculture

Journaliste de formation, Awanabi Idrissou s’intéresse aussi aux questions agricoles.  L’agriculture, elle la découvre très tôt à la fin de sa formation de licence en journalisme. Et depuis, c’est une love story agricole quelle raconte  à travers son blog.

Auto-récit d’une femme battante.

Agri-blogueuse, fruit d’une passion ou résultat d’une formation ?

Je dirai que c’est le fruit d’un intérêt particulier que j’ai toujours eu pour l’agriculture. Pour l’obtention de ma licence en journalisme, j’ai fait un mémoire sur le : Rôle de la radio dans le développement agricole : cas de la culture de l’igname dans le département de la Donga. J’ai dû me rendre sur le terrain auprès des producteurs pour enquêter. J’ai soutenu avec une mention très bien. Tout est parti de là. Ensuite, j’ai reçu une petite formation dans le domaine du numérique pour laquelle il fallait créer quelque chose pour matérialiser ces acquis. Je voulais créer un média dédié à l’agriculture toujours dans le sens de l’intérêt que je porte pour ce domaine. En dehors de cela, c’est aussi pour moi une manière  de faire le journalisme d’une façon différente. Je ne voulais pas être forcément comme la majorité des journalistes qui sont dans un organe et tout, mais je voulais déjà créer moi-même un média puisque internet me le permettait. C’est ainsi, j’ai créé mon blog. Au départ, je l’appelais ‘’Jeunes et agriculture au Bénin’’. Mais avec le temps, j’ai compris que c’était une thématique qui avait beaucoup d’enjeux, et qui m’a même déjà fait voyager. Je suis allée à Dakar pour ce qu’on appelle le Conseil Ouest-africain pour la recherche agricole (Coraf). Cela m’a  montré qu’il fallait une autre  dynamique et ne pas me limiter aux actualités agricoles du Bénin, ce qui a fait que j’ai créé Agri Youth. Eh ! Depuis plus d’un an, j’ai transformé mon blog ‘’Jeunes et agriculture au Bénin’’ en Agri Youth pour parler de manière plus globale des jeunes dans le domaine agricole. Il faut dire aussi qu’on ne s’arrête pas à la thématique jeunesse et agriculture, mais il y a aussi des thématiques connexes comme l’environnement, les changements climatiques, qui nous intéressent.     

Du journalisme à l’agriculture, il n’y a qu’un seul pas ?

Je n’ai pas quitté un domaine pour l’autre. Je suis toujours dans le domaine du journalisme, mais seulement spécialisée dans le domaine des informations agricoles. Il n’y a pas de pas, il y  a juste une corrélation, disons peut-être une spécificité.

L’agriculture représente aujourd’hui quoi pour vous ?

Je pense que c’est déjà connu de tous. L’agriculture, c’est le pilier même du développement au Bénin. C’est justement une des raisons qui me pousse à ne pas abandonner ce que je fais pour la promotion agricole. Le but aussi est de promouvoir les jeunes entrepreneurs agricoles qui promeuvent les produits locaux (Made in Bénin).

Qu’avez-vous déjà gagné en faisant cela ?  

L’objectif premier, ce n’est vraiment pas de gagner quelque chose. En dehors du blog, je vis d’autres choses. Mais, il faut dire aussi que nous faisons parler  de notre blog au niveau d’autres médias. J’ai surtout gagné en expérience parce que ce n’est pas un truc simple. Il faut aller aux contacts des acteurs du domaine, les rencontrer, discuter avec eux, leur faire des interviews et écrire des articles. J’ai aussi gagné la confiance de ces personnes qui me contactent lorsqu’elles ont des évènements et qui aimeraient avoir de la visibilité sur notre plateforme. C’est déjà beaucoup pour moi. Je profite pour les remercier et dire aux autres acteurs du domaine de ne pas hésiter à nous joindre parce que c’est en boostant la visibilité de nos produits  que notre agriculture ira de l’avant. Nous avons des produits locaux magnifiques qui manquent simplement  de visibilité tant sur le plan national qu’international pou être compétitifs avec ceux des grandes firmes. L’ambition est que ce média soit la vitrine des entrepreneurs agricoles au Bénin et en Afrique. C’est dans ce sens-là que j’ai postulé à un appel à candidature du Conseil Ouest-africain pour la recherche agricole (Coraf), et j’ai été retenue en tant que jeune porteur de projet dans le domaine agricole. Voilà ce que nous avons gagné pour le moment.

Vos ambitions à long terme ?

Mon ambition est d’en faire une entreprise qui offre  des services de communications aux acteurs du monde agricole. Nous voulons aussi constituer une  plateforme qui donne de la visibilité tant au plan national qu’international aux entrepreneurs et aux initiatives agricoles et environnementales. Sans visibilité aujourd’hui, on ne peut  rien entreprendre. Si vous faites un métier  sans visibilité, vous ne faites rien. Plus vous êtes connus dans le métier, plus votre valeur augmente sur le marché. Les actions que mènent les acteurs du domaine ont vraiment besoin de visibilité parce qu’il y en manque.

Mot de la fin

J’invite ceux qui hésitent à se lancer dans le domaine du blogging pour l’agriculture, à faire un pas. Le secteur est certes embryonnaire, mais, plus nous serons nombreux, plus nous ferons entendre la voix de  notre agriculture et par ricochet, celle de notre art culinaire. Je profite pour vous remercier pour cette opportunité que vous m’offrez.

Propos recueillis par Ozias Hounguè

Partager
Publicités

Publications similaires

4 comments

  1. Le chemin semble long habituellement mais l’arrivée sera belle et inspirante. Courage à toi.

  2. […] qu’à cette édition, Awanabi Idrissou, agri-blogueuse a vaillamment représenté la gent féminine. En plus, d’être membre du comité […]

  3. […] dires de la promotrice de Agriyouth, Awanabi Idrissou, cette plateforme a pour mission de valoriser le potentiel agricole de l’Afrique à travers la […]

  4. […] avec l’agro-écologie et les enjeux de l’agriculture durable en Afrique » a affirmé Awanabi Idrissou, membre de l’équipe de communication du […]

Laissez un commentaire