Actualités

Projet GMES-AFRICA: Ce que gagneront les pêcheurs béninois, selon l’Irhob

C’est parti pour une nouvelle dynamique en vue d’une gestion efficace des ressources marines et côtières. L’Institut de Recherches Halieutiques et Océanographiques du Bénin (Irhob) a procédé hier à la Direction de la Production Halieutique au lancement du Projet de Surveillance Mondiale de l‘Environnement pour la Sécurité en Afrique (GMES&AFRICA).

Mise en œuvre dans plusieurs pays de la sous-région, l’initiative vise entre autres la fourniture de cinq services d’observation de la terre sur l’environnement et la pêche côtière. Pour le Dr Zacharie Sohou, Directeur de l’Irhob, le Gmes va renforcer le service de l’information sur les risques océaniques.  « Nous avions déjà fait une première phase à travers le Projet Mesa. C’est un prolongement qui prend en compte l’observation de la terre en général, l’observation des eaux et des continents. Il y aura des prévisions sur l’état de la mer. Les pêcheurs pourront être informés en temps opportun sur les risques océaniques », a-t-il souligné.

Gmes va donc permettre de consolider, d’étendre et de développer des services qui fourniront des informations adéquates aux décideurs et aux responsables politiques, aux scientifiques, aux entreprises et au public. Il sera aussi question de renforcer les capacités régionales et nationales de production et d’application de l’information fondée sur l’Observation de la terre, et de sensibiliser le public au rôle crucial de l’OT dans le développement durable. Réputées pour leurs énormes ressources vivantes et non vivantes, les zones côtières et marines pourront être ainsi mieux gérées, durablement.

Fulbert ADJIMEHOSSOU

Partager
Publicités
Le coton bio, le dernier challenge du Professeur Talon en Afrique

Publications similaires

Laissez un commentaire