Actualités

PROJET AVLANTO- BENIN La collection des accessions de bananiers plantain de la station de recherche de Sékou

La station de recherche de la Faculté des sciences agronomiques (Fsa) de l’Université d’Abomey-Calavi (Uac) sise à Sékou (Commune d’Allada) abrite une collection de bananiers plantain mis en place dans le cadre de l’exécution du Projet AVLANTO-Bénin. L’objectif de la création de cette collection de bananiers plantain à court terme est de faire une caractérisation agro-morphologique et génétique moléculaire des accessions collectées. A long terme, cette collection constitue une réserve de conservation in situ des accessions de bananiers plantain produit au Bénin et sera utile à la recherche surtout à la création variétale.

Selon Alain Ahohouendo, assistant de recherche, Doctorant à la Faculté des sciences agronomiques (Fsa) de l’Université d’abomey-calavi (Uac), dans le cadre de la mise en place de cette collection, une prospection a été organisée dans trois (03) communes,  grandes productrices du bananier plantain : Athiémé, Zè et Tori-Bossito afin d’identifier et d’inventorier les différents morphotypes de bananiers plantain disponible auprès des producteurs.  Selon le doctorant, qui travaille sur les technologies innovantes de production de bananier plantain dans le cadre de sa thèse, la collection a été mise en place le 17 mai 2018 et comporte au total 36 accessions regroupées en 18 morphotypes provenant des trois (03) communes précitées, identifiées à la suite d’une étude exploratoire. Au sein de cette collection on retrouve des morphotypes d’origine locale tels que : Aloga à chair jaune, Aloga à 02 régimes, Gnivlan, Kpahissi à chair jaune…, des morphotypes d’origine étrangère (Big Ebanga, Orishélé, Batard… et les morphotypes hybrides (FHIA21, L5449…). Dans la collection, on note des « variétés » précoces qui portent actuellement des régimes à maturité végétative complète, neuf (9) mois après la plantation,  des « variétés » semi-tardives qui portent des inflorescences et des « variétés » tardives qui sont encore en phase végétative.

Notons que la collection est en de très bon état physiologique car la plantation est régulièrement entretenue par des sarclages réguliers et par l’apport journalier en l’eau pendant la saison sèche.

Joachim SAIZONOU

Partager
Publicités
Le coton bio, le dernier challenge du Professeur Talon en Afrique

Publications similaires

3 comments

  1. […] par le consortium AVLANTO-Bénin organise une formation théorique et pratique de 10 jours sur la méthode de la multiplication rapide des vivo-plants de bananiers plantain. La première phase de la formation se déroulera du 23 au 27 septembre 2019 à la station […]

  2. […] à la demande récursive en matériel de plantation de bananiers et plantains, la production massive de vivo-plants des bananiers par la méthode ’’Plants issus de fragments’’ de tiges (Pif) paraît comme une solution […]

  3. […] Et, c’est la mise en place des germoirs qui se concrétise ainsi. Ceci, pour la multiplication  massive de vivo-plants de bananiers par la méthode ’’Plants issus de fragments’’ de tige (Pif).  Une initiative du Projet […]

Laissez un commentaire