Actualités

Modernisation de l’agriculture, de ses métiers et acteurs: L’avant-projet de loi d’orientation agricole en cours de validation

Les acteurs du secteur agricole au Bénin tentent de suppléer l’absence d’un instrument légal de référence pour les guider dans leur domaine d’activité. Ils prennent part pour deux jours, les 2 et 3 avril à Cotonou, à un atelier en vue de la validation de l’avant-projet de loi d’orientation agricole, de la sécurité alimentaire et nutritionnelle. L’ambition à terme, c’est de rendre disponible au Bénin un document juridique qui servira de socle et de fondement aux orientations de la politique de développement agricole du Bénin.

La loi d’orientation agricole, de la sécurité alimentaire et nutritionnelle est encore à l’étape d’avant-projet. Il attend d’être finalisé et surtout mis en application. Mais déjà, les acteurs du secteur agricole jubilent. Cette émotion à peine contenue, Bernardin Toto, au nom de la Plateforme nationale des organisations paysannes et de producteurs agricoles du Bénin (Pnoppa) la justifie par les nombreuses difficultés que connait le secteur agricole, du fait de l’absence d’une loi d’orientation. Le mal est profond, soutient-il, à telle enseigne que chaque régime ou dirigeant qui s’installe se donne le plaisir d’induire les réformes ou motivations qui lui conviennent dans le secteur sans vraiment se soucier de la filière et de ses acteurs, notamment les producteurs. « Pour permettre aux douze millions de bien se nourrir, le secteur agricole a besoin de bien se porter», explique-t-il. « Nous avons connu des moments où toute une dynamique s’estompe. On ne peut pas administrer le secteur de cette manière. Il faut qu’on pose les balises pour que dans un futur lointain, le secteur puisse bien se porter. Ceci nous permettra de garantir durablement la nourriture des Béninois », plaide Bernardin Toto, au nom de la Pnoppa. Ruben Alba Aguilera, chef de la coopération à l’Union européenne, intervenant au nom du chef de file des partenaires techniques et financiers du secteur agricole, apprécie l’originalité de l’avant-projet de la loi d’orientation d’abord, dans l’intégration de la «sécurité alimentaire et nutritionnelle» puis, dans la création d’un vrai statut de l’exploitant agricole définissant ses droits et ses obligations.
« Le fait de lier l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle à la modernisation des exploitations agricoles est particulièrement pertinent», insiste-t-il. Selon lui, 9,6% de la population béninoise, soit 1,09 million de personnes, sont en insécurité alimentaire et la prévalence du retard de croissance chez les enfants de moins de cinq ans est de 32%. « La malnutrition est certainement l’un des obstacles majeurs au développement économique et à la croissance, car elle altère le développement cognitif et cause la perte de potentiels intellectuels des populations », fait-il alors observer, notant qu’investir dans la professionnalisation des établissements agricoles en définissant le statut de l’agriculteur, en fixant la surface minimum de l’exploitation agricole pour leur assurer une vie décente, en mettant en place des mécanismes de développement des capacités entrepreneuriales, puis, en cadrant leurs performances économiques, témoignent d’une forte maturité de la réforme du secteur que porte et consacre la loi d’orientation agricole, de la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Répondre aux enjeux du secteur agricole

Cet avant-projet « est sans aucun doute, le pilier de la grande réforme qu’a entrepris le gouvernement pour le secteur agricole avec le double effet de poser les bases de la modernisation du secteur et de guider, dans la durée, les stratégies de développement du secteur pour en assurer la cohérence», note aussi le chef de file des Ptf. Enfin, il soulignera que la capacité du gouvernement du Bénin à légiférer sur une loi d’orientation pour le secteur agricole témoigne, d’une part, d’une vision consensuelle à long terme, et d’autre part, d’une volonté de valoriser les énormes potentiels du secteur agricole. 
C’est bien là la vision du gouvernement, lui répondra le ministre en charge du secteur. Gaston Dossouhoui soutient, en effet, que c’est pour répondre aux différents enjeux du secteur agricole que cette loi s’articule autour de cinq grands axes. Il s’agit de la garantie de la souveraineté alimentaire et la satisfaction des objectifs nationaux en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle, la reconnaissance des métiers, exploitants et exploitations agricoles, la protection sociale des personnes exerçant les métiers de l’agriculture, la protection contre les calamités naturelles et les risques liés aux activités agricoles et la modernisation de l’agriculture. « De manière opérationnelle, cette loi mettra l’accent sur la formalisation du secteur agricole où désormais, les exploitants et leurs métiers, ainsi que leurs exploitations agricoles seront reconnus », appuie le ministre qui promet déjà que cette formalisation placera le secteur agricole, premier secteur d’emplois du pays. 
L’objectif général est de faire valider les avant-projets de la loi d’orientation et de ses décrets d’application par l’ensemble des acteurs du secteur agricole. Spécifiquement, il s’agira de recueillir auprès des acteurs des propositions concrètes à prendre en compte pour l’amélioration des avant-projets de ladite loi et de ses décrets d’application.

 Par Josué F. MEHOUENOU 

LA NATION    

https://www.lanationbenin.info/index.php/actus/159-actualites/19413-modernisation-de-l-agriculture-de-ses-metiers-et-acteurs-l-avant-projet-de-loi-d-orientation-agricole-en-cours-de-validation
Partager
Publicités
PATRICE TALON GREEN NEWS

Publications similaires

Laissez un commentaire