Actualités

Erosion côtière Cotonou a des chances de survie

La capitale économique du Bénin, peut bien résister à l’érosion côtière. Cotonou peut ne plus disparaître dans quelques années comme l’ont présagé des études réalisées par le passé. La bonne nouvelle a été portée à la population sur la chaîne de télévision privée Canal3 dans la rubrique ‘’Environnement’’ de l’émission Actu-matin. L’invité de Fulbert Adjimehossou, Zacharie Sohou, Directeur de l’Institut de recherche océanographique et halieutique du Bénin a rassuré. «D’après les prévisions, dans 100ans, 50ans, Cotonou va disparaître mais, nous ne sommes plus là aujourd’hui parce qu’il y a des travaux… qui ont été menés par le Ministère du cadre de vie. Ces travaux permettront de pouvoir sauvegarder un tant soit peu, la ville de Cotonou», a-t-il laissé entendre. ‘’Un tant soit peu’’, souligne-t-il, si les efforts consentis à travers les infrastructures pour protéger la côte sont entretenus. L’érosion peut survenir mais la ville n’aura rien à craindre, selon ses propos. «Ça peut arriver. S’il y a une grande marée qui est couplée d’une tempête, il peut y avoir une érosion de façon sporadique. Ça ne peut pas être de façon continue parce que ce sont des phénomènes qui n’arrivent pas régulièrement», affirme  Zacharie Sohou. «Le constat aujourd’hui, c’est que nous avons gagné beaucoup de plages dans les différents segments qui ont été protégés. La preuve est que quand vous allez après le dernier épi, vous allez constater ce qui a été fait. Ça a beaucoup creusé parce que nous avons dévié la force qui amène le sable, qui nourrit les différents casiers» poursuit-il. Le projet de construction du port de Sèmè reste pour lui un espoir. Il devra permettre, en effet, de protéger le Côté Ouest de cette infrastructure. Du reste, pour la ville de Grand-Popo tout aussi menacée par cette érosion côtière, il urge des diligences pour éviter de perdre 23 km de cette bande de terre frontalière avec le Togo. Toutefois, le gouvernement, renseigne-t-il, a  décidé de la méthode de protection à adopter.

Partager
Publicités
Le coton bio, le dernier challenge du Professeur Talon en Afrique

Publications similaires

2 comments

  1. […] océanographiques extrêmes. « Cela peut entraîner sur la côte plusieurs impacts dont l’érosion côtière, les inondations, les pertes de propriétés de d’habitats et des pertes en vies humaines sur […]

  2. […] a pour rôle de rappeler les textes régissant ces zones est interpellée. En guise de solutions, Fulbert Adjimehossou propose que les médias inversent la tendance en provoquant le changement par la diffusion des […]

Laissez un commentaire