Actualités

Clôture du projet Dapis: Les acteurs font le point

A Bénin royal hôtel, jeudi 20 juin 2019, l’heure était à la restitution des principaux acquis du projet Dapis. Ce jour a consacré la clôture dudit projet sur le «Développement des pratiques agronomiques et de transformation appropriées pour une amélioration de la  compétitivité de la filière ananas au Bénin». L’atelier a connu la participation des représentants  de l’Ambassade des Pays-Bas, des acteurs de la filière ananas (producteurs, commerçants, exportateurs d’ananas, transformateurs de jus d’ananas pasteurisés, chercheurs des universités et des centres de recherches agricoles, promoteurs de la filière), des structures de sécurité et de qualité des aliments, des acteurs du monde agricole et agroalimentaire, et bien évidemment, des consommateurs d’ananas fruits et de jus d’ananas.

L’objectif du projet Dapis, souligne d’entrée le professeur Philippe Lalèyè, Doyen de la Faculté des sciences agronomiques (Fsa), est d’améliorer la qualité de l’ananas ainsi que des jus d’ananas pasteurisés produits au Bénin à destination du marché local, régional et international. Procédant à l’ouverture de l’atelier, il a laissé entendre que la spécificité de ce projet est qu’il est coordonné et surtout piloté de bout en bout par un représentant des acteurs bénéficiaires des résultats de recherche avec un cofinancement à sa charge. Sa reconnaissance ira donc à l’endroit du gouvernement néerlandais pour ce soutien qui permet aujourd’hui aux acteurs de la filière, de disposer des techniques de production et de transformation de l’ananas en jus qui répondent à leur souci de rentabilité, de qualité et de diversification des marchés.

 Un sentiment de gratitude partagé par la coordonnatrice du projet, Félicité Djivoh. Selon ses propos, il s’agira au cours de l’atelier, de partager les principaux résultats des recherches qui ont été effectuées durant le projet. Les impacts du projet sur la sécurité alimentaire, les utilisations à faire des principaux résultats du projet seront également recueillis auprès des acteurs.

L’ananas, en effet, fait savoir, Edah Clément, représentant  de l’Ambassade des Pays-Bas, fait partie des six filières à haute valeur ajoutée citées dans le Programme d’action du gouvernement (Pag). C’est dire combien, confie-t-il, le projet Dapis est d’intérêt. Et, cet atelier de restitution après ses 4 ans de mise en œuvre, revêt une importance capitale. «J’estime que cette phase est importante pour tout projet», signifie-t-il. Pour lui, en réalité, sa capitalisation et sa durabilité, en dépendent. «La pertinence des objectifs et des actions de ce projet qui tourne autour de l’amélioration de la qualité et de la compétitivité de l’ananas à travers la maîtrise des itinéraires techniques de production et de transformation ne peut faire objet de débat pour tout producteur, consommateur ou commerçant de ce produit ou tout autre acteur bien averti vivant ou en contact avec le Bénin…

 Le souhait de l’Ambassade des Pays-Bas au Bénin est que le présent atelier ne soit pas une simple formalité mais qu’il permette aux différents acteurs  de la filière de faire une appropriation des résultats en vue d’une exploitation judicieuse nécessaire à une meilleure efficacité de la filière», a laissé entendre Edah Clément.

Du projet Dapis…

Des présentations ont meublé l’atelier sur la clôture du projet Dapis. Entre autres, ‘’principaux résultats de recherche sur la production de l’ananas’’, ‘’Analyse de la rentabilité financière des itinéraires techniques de production d’ananas expérimentés en milieu réel par Dapis’’. Le projet Dapis est un projet exécuté par le consortium ‘’Ananas Mitongnon’’. Consortium composé de la Faculté des sciences agronomiques (Fsa) notamment, le Laboratoire de science des aliments (Lsa) et le Gbios de l’Université d’Abomey-Calavi (Uac) au Bénin, de l’Université de Wageningen (Wur) des Pays-Bas, de la Table filière ananas (Tfa) et de l’établissement Magnificat qui est chargé de la coordination du projet.

PROJET DAPIS

Il a été exécuté pendant une durée de 4 ans. 4 années au cours de laquelle, les représentants des producteurs  d’ananas, des transformateurs et des chercheurs, ont travaillé la main dans la main pour approfondir les contraintes de production, de conservation, de transformation, de distribution, les solutions possibles, les solutions pertinentes sur le plan environnemental de la qualité en fonction des différents marchés.

Consultez ce site

Partager
Publicités
Le coton bio, le dernier challenge du Professeur Talon en Afrique

Publications similaires

2 comments

  1. CoraBig dit :

    Hello. I have checked your zoomagro.com and i see you’ve
    got some duplicate content so probably it is the reason that
    you don’t rank high in google. But you can fix this issue fast.
    There is a tool that creates articles like human, just search in google: miftolo’s tools

Laissez un commentaire