Actualités

L’économie béninoise face aux catastrophes…


GREEN NEWS Magazine de l’économie verte

N°05 JUIN 2019

Le changement climatique est devenu une véritable préoccupation dans le monde actuel. Les phénomènes tels que la sécheresse, l’érosion côtière, les pollutions atmosphériques et aquatiques, la dégradation des terres et autres ressources naturelles, deviennent de plus en plus alarmants. Au Bénin, les catastrophes s’accroissent autant que leurs impacts sur les populations et sur  l’économie.

Selon le rapport de l’ONU, les inondations de  2010 au Bénin ont causé 680.000 sinistrés dont 150.000 sans-abris, 46 morts ; 680,000 tonnes de produits agricoles et 201,600 ha de cultures détruits, 81.000 têtes de cheptel perdues ;  55.000 habitats, 455 écoles et 92 centres de santé complètement ou partiellement détruits. Et, cela n’est pas sans conséquences sur l’économie du pays.  Il est impossible de mettre en doute aujourd’hui la responsabilité de l’Homme sur la désertification de certaines régions du fait de la déforestation; l’épuisement des terres agricoles à cause d’une agriculture exclusivement axée sur la productivité ; la pollution des sols et des eaux en raison des pesticides chimiques (cas du lac Toho) et rejets industriels de toutes sortes ; la pollution de l’air liée à l’émission de gaz toxiques, surtout celles liées au brûlage à l’air libre des pneus comme moyens de revendications (cas des violences postes électorales au lendemain de l’élection législature de 2019).

Tous ces phénomènes ont une conséquence directe et immédiate sur notre vie, se traduisant par une réduction de la biodiversité, le bouleversement des calendriers culturaux, le déclenchement de certaines infections ou maladies  et des situations d’appauvrissement pour d’autres.

Mais toujours est-il que  face à tous ces dégâts, la responsabilité de l’homme est fortement interpelée.

Et Green News s’y est mis en développant peu à peu la conscience écologique auprès de ses lecteurs.

Partager
Publicités
Le coton bio, le dernier challenge du Professeur Talon en Afrique

Publications similaires

1 commentaire

  1. […] différents secteurs sont réglementés. Surtout quand on prend le domaine de l’environnement, tout est pratiquement réglementé. Je voudrais inviter les uns et les autres et leur dire […]

Laissez un commentaire