Actualités

Zou/Acma2 et vente des produits agricoles promus: Des données officielles bientôt disponibles…

Hôtel ‘’Les princesses à Bohicon’’ ce mercredi 21 août 2019. C’est le cadre choisi pour la tenue de l’atelier de collecte des données de vente des produits agricoles (maïs, huile rouge, gari, piment…) promus par le programme Approche communale pour le marché agricole (Acma2). L’objectif de ce rendez-vous bimestriel est de renseigner les volumes de produits vendus, les valeurs des ventes, le nombre de personnes impliquées par genre, les destinations des produits au niveau de chaque Système collectif de mise en marché (Scmm).

Un total de 40 personnes, dont 10 femmes et 16 jeunes représentant les Scmm (Système collectif de mise en marché)  de Bohicon, Covè, Djidja, Ouinhi, Zagnanado et Zakpota ont été convoqués et ont répondu présents à l’atelier. En effet, l’un des appuis majeurs du programme Acma2 consiste à encourager et organiser les acteurs sur le terrain pour la vente groupée et le warrantage.

Zou/Acma2 et vente des produits agricoles promus
Remplissage des fiches de ventes par les participants

Cet atelier de formation a été conduit par Ousmane Ouedraogo, responsable du suivi-évaluation et de la capitalisation du programme Acma2. Il a été appuyé dans ses tâches par Juliette Aziaglo et Roland Glèlè tous d’eux, facilitateur marché au sein dudit programme. Ces derniers ont suivi les acteurs dans les comptes rendus et remplissages des fiches de vente.

En somme, il faut retenir que le système de suivi évaluation du programme a mis sur pied ce mécanisme pour apprécier régulièrement le niveau d’atteinte de « l’accroissement des revenus » de ces acteurs à travers la vente groupée et le warrantage. Et, des indicateurs ont été proposés pour renseigner par zone cette évolution. ‘’Les données de vente des mois de juin et juillet 2019 ont été donc recueillies au cours de cet atelier au niveau des Scmm ayant réalisé des ventes; ces données seront agrégées d’ici quelques jours par chaîne de valeur et seront publiées par les experts’’.

Il faut souligner que le travail de ce jour a été rendu possible par l’enregistrement préalable des données par les acteurs dans des cahiers au niveau des villages et par communes. Un exploit que le formateur a salué et pris comme preuve tangible de leur engagement. Quant aux représentants des nouveaux Scmm (Covè, Zakpota et Zagnado) qui n’ont pas encore commencé par vendre, ils ont appris la méthodologie de travail et repartent motivés.

Aimé GUEDOU

Partager
Publicités
Le coton bio, le dernier challenge du Professeur Talon en Afrique

Publications similaires

1 commentaire

  1. […]  Ce parcours n’a pas été sans difficultés. La première difficulté est celle relative au marché d’écoulement. Le principal marché pour l’huile de palme est le marché du Nigéria. Lorsqu’il y a fluctuation du Naira, la vente de l’huile warrantée devient problématique. Les importations d’huile du Ghana et de la Côte d’Ivoire sont également des facteurs qui affectent rapidement l’opération de warrantage. Une autre difficulté importante est liée au problème de gouvernance et de gestion des Op en char…. […]

Laissez un commentaire