Actualités

Difficultés d’accès au marché nigérian: Les e-citoyens béninois font des propositions au gouvernement

Le sort des produits agricoles béninois est inquiétant depuis la fermeture des frontières entre le Bénin et le Nigéria. Les questions viennent de toute part dans le rang des cadres et autres acteurs du développement agricole. A ce titre, les citoyens béninois se sont invités aux débats sur les réseaux sociaux avec des propositions au gouvernement. Bonne lecture !

Face aux difficultés qu’éprouve son pays dans la vente des produits agricoles, Claude Dénakpo, entrepreneur agricole à Calavi pense que : « les menaces du Nigéria vont nous permettre de devenir un pays souverain si nous savons prendre le bon côté des choses. Cette situation nous permet une fois encore de nous rendre à l’évidence les forces et faiblesses de notre modèle économique. C’est l’occasion  de le repenser et d’asseoir une économie durable afin que nous ne soyons plus au pardon d’un État ou au bon vouloir d’une nation. Cela ne voudra pas dire que nous n’allons pas collaborer avec les autres nations ».

conséquence de la Fermeture des frontières (maraichers de Grand Popo)


Porte de sortie de crise

 Comme propositions de sortie de crise, l’ingénieur agronome Agossou Kagnidé insiste sur le fait que : « Il suffit que par mesure conservatoire de gestion des crises par rapport à nos différents engagements régionaux voire internationaux, le Bénin dans des situations pareilles, décide ne serait-ce que momentanément sur un à trois mois maximum d’interdire les importations de certains produits agricoles sensibles et leurs dérivés pour aider nos producteurs à écouler leurs stocks ». Selon lui, cette situation est une question de politique gouvernementale.

Stratégie de sortie de crise suite à la fermeture des frontières nigérianes


Quid de l’intégration commerciale dans l’espace CDEAO

Aux grands maux, les grands remèdes  dit-on. «  Le Nigéria en dépit des mêmes accords, je suppose, n’a-t-il pas interdit ou réglementé les importations de certains produits? Ses frontières ne sont-elles pas fermées depuis environ 1 mois en dépit des mêmes accords de coopération? ». Ces dispositions sont prises en toute responsabilité pour régler des problèmes à l’interne et je pense que cela est possible. Tenez! Parlant de l’huile de palme , savez-vous qu’il suffit de bloquer les entrées d’huiles de la Malaisie, du Ghana et j’en passe, seulement pour 1 à 2 mois pour faire consommer la totalité des huiles nationales en stocks actuellement et booster la production de l’huile de palme nationale. On a besoin de courage dans ce secteur aussi pour prendre des décisions avantageuses pour notre économie nationale.

Partager
Publicités
Le coton bio, le dernier challenge du Professeur Talon en Afrique

Publications similaires

3 comments

  1. dossou dit :

    trop facile en théorie mais en pratique, de nombreux effets inattendus. En attendant, c’est le moment ultime de collecter le maximum de données liées à cette situation et procéder à des analyses profondes en vue de prendre des décisions les plus adaptées.

  2. […] de palme asiatique est de plus en plus dérouté sur le marché européen du fait de son mode de production jugé de non respectueux de l’environnement. Elle se retrouve […]

Laissez un commentaire