Actualités

Bénin-Covid-19 La campagne cajou 2020 infectée

(Le prix moyen chute de 20%)

A peine lancée, la campagne de commercialisation du Cajou 2020 bat des ailes. Les méfaits du Coronavirus n’épargnent pas cette filière.  En effet, la tendance des prix relevée dans les zones de production annonce une chute de ceux-ci alors que les noix de cajou ne sont pas infectés. Ils demeurent de bonne qualité…

Bénin cajou 2020

Après trois semaines de pré-campagne marquée par une hausse continue des prix du cajou et une demande assez soutenue sur l’ensemble du territoire, la tendance a subitement changé au lendemain du lancement officiel de la campagne tenue à Djougou le 19 Mars 2020.  Une période marquée par l’entrée sur le marché des grands acheteurs. Du coup, le prix moyen du cajou a connu une hausse. De 277  F Cfa, il passe à 300 F Cfa. Ce qui augurait d’une bonne campagne.

Covid-19 et ses corollaires

Seulement, c’était sans compter l’ampleur que prendra la pandémie Covid 19 et la peur qui va se saisir des uns et des autres. En effet, après son premier cas enregistré lundi 16 mars, le Bénin verra sa liste s’allonger avec cinq autres cas confirmés de Coronavirus. Dans la foulée, au cours d’un Conseil extraordinaire des Ministres, mardi 17 mars, le gouvernement va décider d’établir un cordon sanitaire autour de certaines communes du Sud Bénin. Ceci, à compter du 30 mars.

 L’immédiate conséquence

La décision bien que saluée par des acteurs va déteindre davantage sur la commercialisation du cajou. Les déplacements sont limités. D’ailleurs, plus personne ne veut prendre ce risque.

Ainsi, au plan national, le prix moyen pour la semaine du 20 au 27 mars chute de 20%. De  300 F Cfa, il passe à 240 F Cfa.  Ce qui s’explique par le retrait sur le marché, de la majorité des acheteurs et des collecteurs d’où le ralentissement des achats. Ainsi, la hausse continue des prix observée au cours des trois semaines de pré-campagne a cessé d’être. Les prix ont chuté à tous les niveaux et on est loin pour l’instant du prix plancher de 325 F Cfa tel que fixé par le gouvernement lors du Conseil des Ministres du 19 février 2020.

Mais avant cette mesure, l’entrée sur le territoire béninois était déjà conditionnée à une mise en quarantaine obligatoire de 14 jours que ce soit par voie aérienne ou terrestre. De ce fait, la mobilité humaine est drastiquement réduite. Or le marché du cajou est animé par les acheteurs béninois et d’autres nationalités notamment des indo-pakistanais. De même, la production nationale est orientée vers l’exportation avec une faible valorisation locale.

En 2009, les produits de transformation représentaient 3 à 5% de la production nationale. Par ailleurs, l’une des usines de valorisation des noix de cajou est tombée en faillite et a fermé ses portes en 2019.

Qu’adviendra-t-il alors de la période du 30 mars au 12 avril où la décision du cordon sanitaire sera effective ?

Quelles surprises réserve le marché mondial du cajou cette année dans un contexte ou la pandémie du coronavirus déjoue toutes les prévisions et où l’économie mondiale est désormais entrée en récession ?

Partager
Publicités
Le coton bio, le dernier challenge du Professeur Talon en Afrique

Publications similaires

4 comments

  1. […] de noix est donc abondante sur le marché, et en dépit de l’incertitude autour de la campagne, les producteurs préfèrent conserver leurs noix en espérant que la situation s’améliorera. […]

  2. […] de cajou de cette année 2020 sort sa tête de l’eau.  Ceci, malgré qu’elle soit infectée par la pandémie du covid-19. De semaine en semaine, les tendances attendues pour l’évolution […]

  3. […] mars 2020 avec un prix plancher de 325 F CFA le kilogramme. Démarrée dans un contexte marqué par l’épidémie du coronavirus, la campagne a été très timide au cours des premières semaines. Les gros acheteurs étaient […]

  4. […] une enquête de son journaliste Stéphane Mandard. Ceux qui ont pensé qu’il y aura un après covid19 ont tout faux. » A-t-il […]

Laissez un commentaire