Actualités

Agriculture biologique en Afrique Centrale: La GIZ lance un appel à manifestation d’intérêt

Contexte

Il est communément admis que l’alimentation de la population humaine croissante dépendra de systèmes agricoles durables respectant les limites de la planète. L’agriculture doit donc s’adapter au changement climatique, contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre lorsque cela est possible et utiliser les ressources naturelles de manière durable. Face à ces défis, la Coopération Allemande voit un grand potentiel pour l’agriculture biologique en Afrique afin de contribuer à la sécurité alimentaire. Afin de promouvoir l’agriculture biologique, le Ministère allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ) cherche à soutenir un réseau de pôles de connaissances régionaux pour l’agriculture biologique en Afrique par le biais du projet “Centre de Connaissances pour l’Agriculture Biologique” mis en œuvre par le GIZ.

 Le réseau de pôles de connaissances régionaux pour l’agriculture biologique en Afrique se compose de cinq pôles de connaissances régionaux avec un pôle basé dans chacune des régions de l’Union africaine. Les pôles régionaux tiennent compte des zones et des conditions culturelles et agro-écologiques spécifiques de chaque région. Une unité de coordination au siège de la GIZ en Allemagne fournit un soutien technique aux pôles de connaissances régionaux. Les quatre pôles de connaissances dans les régions de l’Afrique de l’Est, de l’Ouest, du Nord et de l’Afrique Australe ont déjà commencé en 2019. Il s’agit d’un appel à manifestation d’intérêt pour le fonctionnement du cinquième pôle de connaissances régional en Afrique Centrale qui sera basé au Cameroun.

L’objectif du projet : L’objectif du réseau des pôles de connaissances régionaux pour l’agriculture biologique en Afrique est de renforcer l’intégration et la promotion des approches écologiques locales et des pratiques agricoles biologiques dans les systèmes agricoles. Particulièrement en Afrique, le potentiel de développement de l’agriculture biologique est considéré comme très élevé.

L’agriculture biologique contribue à la réalisation des objectifs de développement suivants : • Intensification écologique de l’agriculture en rendant plus disponibles les connaissances des méthodes de production spécifiques au contexte local et au genre ; • Amélioration et meilleur équilibrage de la productivité et de la protection des ressources naturelles ; • Amélioration de la disponibilité d’aliments nutritifs de haute qualité produits biologiquement, ainsi qu’amélioration de la nutrition par la diversité alimentaire, en particulier pour les femmes en âge de procréation et les jeunes enfants ; • Renforcement ou développement des marchés locaux, régionaux et/ou internationaux existants ou nouveaux pour les produits biologiques et abordables en utilisant des systèmes de certification acceptés au niveau international et local. Les pôles de connaissances régionaux fonctionnent comme des “facilitateurs de la gestion des connaissances”.

 Dans chaque pôle de connaissances régional, les partenaires sélectionnés développent et mettent en œuvre trois composantes complémentaires :

1.Collecte, adaptation et validation des connaissances et des informations : Chaque pôle de connaissances régional établira un inventaire de certaines connaissances existantes sur l’agriculture biologique, adapté au contexte des pays participants et aux besoins des groupes cibles dans la région. Les pôles régionaux de connaissances valident, documentent et traitent les connaissances sur l’agriculture biologique et intègrent les produits de connaissances validés dans une plateforme digitale continentale de connaissances.

 2. Transfert de connaissances participatif et interdisciplinaire : Les pôles de connaissances diffusent des informations sur l’agriculture biologique en utilisant des méthodes et des outils participatifs et interdisciplinaires, en s’adressant à un large éventail de groupes cibles, en particulier les femmes, et en utilisant différents types de formats. Les pôles de connaissances régionaux diffusent les informations et les compétences à des multiplicateurs en utilisant divers canaux de diffusion, par exemple la presse écrite, la radio, les spots télévisés, les applications et une plateforme digitale continentale de connaissances. Les multiplicateurs peuvent être des formateurs (de formateurs), des institutions de formation locales existantes, des agriculteurs modèles, des prestataires de services ruraux, des dirigeants d’associations ou d’autres organisations, qui ont la capacité de diffuser les connaissances sur l’agriculture biologique aux acteurs de toute la chaîne de valeur.

 3. Réseautage : Les pôles de connaissances régionaux facilitent le développement et le renforcement des réseaux d’acteurs clés dans les chaînes de valeur de l’agriculture biologique des pays participants. Ces réseaux contribueront à améliorer l’accès aux marchés des produits biologiques à l’échelle locale, régionale, nationale et internationale en utilisant des systèmes de certification biologique acceptés au niveau international et local, y compris des systèmes alternatifs tels que les systèmes de garantie participative (SPG). Les pôles de connaissances régionaux forment un réseau continental et coopèrent étroitement entre eux ainsi qu’avec d’autres partenaires en Afrique et dans le monde. La mise en réseau et les échanges seront facilités par le projet KCOA. Conditions à remplir : Si vous souhaitez accueillir et gérer le pôle de connaissances régional de l’Afrique Centrale basé au Cameroun, les conditions suivantes doivent être remplies : • Être une organisation ou une institution à but non lucratif ayant le statut d’une entité légale ou juridique ; • Disposer de ressources propres et d’une infrastructure pour le fonctionnement du pôle de connaissances (par exemple, espace de bureau, personnel, procédures de comptabilité et éligibilité aux conventions de subvention, etc) ; • Avoir une forte appropriation et responsabilité pour un pôle de connaissances régional sur l’agriculture biologique ; • Démontrer un ancrage solide et éprouvé dans la région de l’Afrique Centrale et un réseau existant des acteurs concernés ; • Prendre des dispositions pour que le pôle régional fonctionne pendant au moins 10 ans (concept de durabilité). Veuillez fournir des preuves des conditions ci-dessus dans votre manifestation d’intérêt.

Notes budgétaires : Afin de garantir la durabilité des pôles de connaissances régionaux et de leur réseau continental, le projet KCOA s’inscrit dans une perspective à long terme. La première phase du projet est prévue de 2019 à 2024. Un budget d’au maximum 2,5 millions d’euros est prévu pour le pôle de connaissances régional d’Afrique Centrale basé au Cameroun, qui fonctionnera au Cameroun et dans trois autres pays (à sélectionner) de la région, pour la période allant jusqu’à fin 2024 (quatre ans).

Le mode de financement sera une convention de subvention avec le GIZ. Processus de sélection et calendrier : L’identification des organisations de mise en œuvre appropriées du pôle régional de connaissances de l’Afrique Centrale basé au Cameroun se fera en deux phases : • Phase 1 : Lancement de l’appel à manifestation d’intérêt comme décrit ci-dessus (jusqu’au 3 août 2020). • Phase 2 : Sur la base de la manifestation d’intérêt, un comité composé de membres du conseil consultatif du BMZ et du KCOA GIZ identifiera jusqu’à trois organisations qui soumettront leur dossier de candidature avec un concept détaillé pour la mise en place et opérationnalisation d’un pôle régional de connaissances (prévu pour septembre).

 Les organisations présélectionnées feront ensuite partie d’une mission d’évaluation du projet en octobre. Sur la base des résultats de la mission d’évaluation, une organisation sera identifiée pour la mise en œuvre du pôle régional de connaissances. Le début des opérations est prévu pour janvier 2021. Si vous êtes intéressé d’opérationnaliser un pôle régional de connaissances en Afrique Centrale basé au Cameroun, veuillez soumettre votre lettre d’intérêt (3 pages maximum) comme décrit ci-dessus par e-mail à Rani.Nguyen@giz.de au plus tard le 3 août 2020. Nous vous remercions de votre intérêt. Nous nous réjouissons de recevoir votre manifestation d’intérêt.

Partager
Publicités
Le coton bio, le dernier challenge du Professeur Talon en Afrique

Publications similaires

Laissez un commentaire