Actualités

Développement durable : ACED,10 ans d’impacts au Bénin

Crée en 2009, cela fait plus de dix ans déjà, ACED impacte positivement les secteurs de l’agriculture et la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Bénin.  Un tour d’horizon sur cette organisation à but non lucratif mais porteuse de beaucoup d’initiatives innovantes. C’est ce que votre magazine vous propose à l’occasion de leur noce d’étain.

Dotée d’une approche non linéaire articulée autour de trois axes que sont la recherche, les politiques et l’action, ACED a mené au Bénin une panoplie d’actions au cours de cette décennie. Ceci sous le leadership et le management de son Directeur exécutif Fréjus Thoto. Ainsi, ACED s’est engagé dans la mise en œuvre d’initiatives innovantes pour améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle, la résilience climatique et les revenus des communautés les plus vulnérables au sud-Bénin. L’efficacité et la pertinence de son approche se reflètent dans les résultats tangibles de ses interventions.

Quelques réalisations…

Depuis 2013, ACED s’est employé à valoriser les populations nombreuses (et envahissantes) de jacinthes d’eau sur le lac Nokoué par le compostage. Ainsi, 10.000 tonnes de jacinthe d’eau ont été transformées en 8.500 tonnes de compost organique. Le compost de jacinthe d’eau a contribué à augmenter les rendements du piment jusqu’à 162%, d’amarante de 120% et de tomate de 42%. De plus, en 2016, à travers une initiative sur les jardins urbains, ACED a développé deux jardins communautaires pilotes dans les villes d’Abomey-Calavi et de Porto-Novo.

Cette initiative a impacté 40 ménages urbains pauvres par l’amélioration de leurs moyens de subsistance et leur sécurité alimentaire. Dans le domaine de la pêche, plus de 1.000 pêcheurs continentaux ont amélioré leurs techniques de pêche avec les nouvelles réglementations locales permettant de réduire la surpêche et la pollution des lacs. Le rôle des femmes dans la transformation et la commercialisation des produits de la pêche a été reconnu et intégré dans les filières du poisson. Par ailleurs, les initiatives de ACED en matière de biogaz et de compost à base de jacinthe d’eau ont permis de réduire de 10.000 tonnes la quantité d’équivalents CO2 émise par la plante.

Les défis à relever

Les 10 années de mission ne se sont pas déroulées sans embuche. De ces difficultés, ACED compte se projeter dans de nouvelles perspectives. En effet, l’organisation envisage une collaboration avec diverses parties prenantes, notamment des chercheurs, des politiques, des acteurs de terrain et des agriculteurs, afin que la conception des projets tire parti de la multiplicité des approches. Ce qui permettra l’élaboration de solutions durables et très adaptées au contexte.

Partager
Publicités
Le coton bio, le dernier challenge du Professeur Talon en Afrique

Publications similaires

Laissez un commentaire