cropped-zoomagro.jpeg
contact@zoomagro.com
+229 90202098
Zogbadjè, Abomey -Calavi Bénin
cropped-cropped-zoomagro.jpeg
ACMA2/Site de production du piment de Itagui : Deux ans après, l’étonnante transformation

Le périmètre hydro-agricole pour la production intensive du piment de Itagui, est un site aménagé situé dans l'arrondissement de Kèrè à Dassa-Zoumè. Domaine d’une superficie totale de 19 hectares (ha), il accueille un important nombre de maraîchers issus des 19 coopératives de la Commune. Deux saisons après sa mise en fonction, cap sur les progrès effectués sur ce site, l’une des nombreuses réalisations du programme Approche Communale pour le Marché Agricole (ACMA2). Lisez, à propos des séquences de l’entretien à nous accordé par le gestionnaire de ce site pilote, l’Ingénieur agronome Sènan Aimé Guédou.

Parmi les facteurs clés en agriculture, l’eau occupe une place de choix. Dans le Département des Collines au Sud-Bénin, l’heure n’est plus au diagnostic : l’accès à l’eau est une difficulté réelle, partagée par tous les habitants. Cette difficulté de tout temps associée aux effets néfastes des changements climatiques laisse seulement aux maraîchers de la région une seule saison pluvieuse qui s’étend d’avril à septembre. Dassa-Zoumè, l’une des six Communes du Département des Collines où intervient ACMA2, a longtemps été le théâtre de cette sécheresse météorologique malgré le fort potentiel qui lui est reconnu en matière de production du piment. L’accès aux intrants spécifiques est aussi un problème auquel ils sont confrontés. De quoi susciter l’intervention du Programme ACMA2.

ACMA2 s’en mêle

De ce souci lié à la maitrise de l’eau, s’est préoccupé ACMA2. En effet, tout est parti d’une demande conjointe adressée aux responsables du Programme ACMA2 par les autorités locales et les producteurs. En 2018, alors que le Programme entrait dans sa deuxième phase, une étude a été faite dans les six Communes du Département pour détecter les filières intégrant les domaines d’action du Programme. A Dassa-Zoumè, l’étude ressort que le piment est la spéculation porteuse mais, jusque-là orpheline de l’appui des différents Projets et Programmes. A l'entame, le besoin émis par les acteurs était l’aménagement d’un site spécialement dédié à la production à plein temps du piment. Prière exaucée par ACMA2 quelques mois plus tard. Il s’agit de l’aménagement d’un périmètre hydro-agricole d’une superficie de 19ha pour la production intensive du piment à Itagui, un village de l’arrondissement de Kèrè. En dehors du bloc administratif, ce grand périmètre maraîcher est subdivisé en 5 blocs de production et peut accueillir jusqu’à 316 coopérants, à raison d’une parcelle de 450m2 en moyenne par bénéficiaire.

Des débuts difficiles

Aménagé pour répondre efficacement aux besoins en eau des producteurs de piment, le site a été confronté, à l’instar de toute initiative à quelques difficultés dès ses débuts. Les infrastructures provisoirement réceptionnées ne répondaient pas efficacement aux besoins réels de production du site où, près de 290 maraîchers étaient déjà installés. De plus, la mise en place du mécanisme d’accès aux intrants de production n’a pas été aussi rapide pour caler avec la saison. Le temps d’organiser les coopératives pour recenser , d'une part leurs besoins exprimés, et constituer les dossiers pour acheter les intrants via l’appui d’un Système financier décentralisé (Sfd) d'autres part, plusieurs producteurs étaient déjà en retard, par rapport au démarrage de la campagne. Par conséquent, les résultats obtenus n’étaient pas à la hauteur des attentes. Sur ce, il fallait repenser notre stratégie, revoir ce qui n’a pas marché, retrousser les manches pour relever le défi.  Nous étions en 2020, première année d’exploitation du site.

Du progrès tangible 

Après une première saison pour le moins décevante, les ambitions ont été revues à la baisse, le temps que l’eau soit rendue disponible en abondance. De ce fait, de 290 bénéficiaires, nous sommes passés à 150 pour pouvoir jouir de la pleine disponibilité de l’eau, en attendant la correction du système hydrique du site. Et, « c’est à la fin de la deuxième campagne qu’il y a eu, avec d’autres entreprises, des travaux ayant conduit à la mise à disponibilité de façon permanente de l’eau sur trois des cinq blocs du site, notamment les blocs 1, 2 et 3 ».  Par conséquent, les rendements en 2021 étaient meilleurs que ceux de l’année précédente, surtout que les bénéficiaires ont démarré tôt la production. En chiffre, la production du piment est passée de 2 tonnes à 7 tonnes à l’hectare, soit une augmentation de rendement de 350%. Une avancée très remarquable qui, pour le gestionnaire que je suis, serait, par-dessus tout, due à la volonté manifeste des producteurs de se surpasser, vue la déception subie lors de la saison expérimentale. De ce fait, un mécanisme d’incitation des acteurs a été initié. L’objectif visé est de créer de l’émulation et tirer le meilleur de chacun tout en préservant la dynamique de groupe. Cette initiative consiste, à distinguer et à primer les meilleurs acteurs.

La première édition a été une des activités de la journée portes ouvertes du 05 août 2022 où, même les techniciens agricoles en charge des formations en Bonnes pratiques agricoles (Bpa) lors des Champs écoles paysans (Cep) ont été évalués par les producteurs et primés. Lors de cette journée, les visiteurs ont été séduits ». Car, « ils ont vu les différentes variétés de piment que nous produisons et c’était vraiment intéressant à leurs yeux. Beaucoup ont pris des contacts pour acheter ces variétés et les produire dans leurs propres champs ». Je peux vous dire que la troisième campagne, actuellement en cours sera une réussite totale.

Itagui, un marché de piment au cœur des Collines

A Itagui, le piment est vendu soit frais ou sec. Le site dispose d’une aire de séchage et d’un magasin de stockage d’une capacité de 200 tonnes. Pour la commercialisation, les commerçantes exigeaient une unité de mesure locale nommée Tchaga dont le remplissage dépend de la technicité de l’acheteur. Aujourd’hui, le piment est vendu au kilogramme sur le site, chose autrefois impossible. Les questions de marchés d’écoulement sont discutées à l’interne avant les récoltes. La première année d’exercice (2020) a permis au staff et aux acteurs de faire connaître le site aux commerçants sur le marché de Glazoué, qui est aussi un marché de référence en matière de piment au Bénin. Désormais, plusieurs gros clients connaissent ce site de production intense de piment et des contacts sont gardés. Pour la vente vers l’extérieur, le grand voisin de l’Est, le Nigéria et, tout récemment le Togo, sont en tête de liste. Le Niger et le Ghana ne sont pas à délaisser non plus. Il y a aussi des start-ups, des transformatrices qui commandent aussi des quantités non négligeables de piment produit à Itagui pour en revendre sous forme séchée, purée, etc. En outre, une unité semi-industrielle de saumurage du piment et de la tomate est en installation dans le village Hounkpoguon, toujours dans la Commune de Dassa-Zoumé, par un opérateur privé béninois : AFRICA GREEN CORPORATION. Une fois opérationnelle, l’usine peut potentiellement consommer une partie importante de la production du site. En somme, ces nouveaux clients que nous sommes en train de répertorier dernièrement nous permettent de dire qu’il y a de l’avenir pour le site de production intensive de piment de Itagui construit par ACMA2, sous financement de l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas au Bénin.

Pince BAMIGBOLA (Col)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Déforestation : Nouvelle alerte de la Fao Posted by ZOOM AGRO on octobre 5, 2022 2 jours ago