cropped-zoomagro.jpeg
contact@zoomagro.com
+229 90202098
Zogbadjè, Abomey -Calavi Bénin
cropped-cropped-zoomagro.jpeg
12ème congrès mondial de cuniculture : quelles leçons pour la filière béninoise ?

La virgule du local : hors-série N° 01

De façon officielle, le Bénin tout comme les autres pays de l’Afrique subsaharienne n’a pas pris part à ce congrès. Mais un béninois y a pris part dans le cadre de ses activités professionnelles. Organisé tous les 4 ans, le congrès mondial de cuniculture a pour objectifs de partager les résultats de recherches et les dernières avancées scientifiques obtenues à travers le monde. Le 12ème congrès qui s’est déroulé à Nantes en France du 3 au 5 novembre 2021 avait pour objectif de partager les résultats de 316 chercheurs et professionnels de la cuniculture.
Comparées aux avancées déjà connues au niveau de la World Rabbit Science Association (WRSA), les performances du Bénin sont vieilles de plus de 50 ans. En effet, au Bénin les meilleures performances en cuniculture tournent en moyenne autour de 5 lapereaux par portée et il faut guetter la chaleur pour saillir la femelle. Et quels aliments pour espérer des gains rapides de chair/poids ? Aucun mécanisme de contrôle des aliments fournis sur place.

Les performances de la gamme GP OPTIMA


Ingénieur agronome et promoteur de Ibidun Farming Sarl, Aziz Sènan AGOSSOU a été déjà détecté par le Groupe Hypharm, numéro 1 mondial en génétique lapin, pour être son représentant en Afrique de l’Ouest, du Centre et de l’Est. Ainsi, le siège de Ibidun Farming sis à Sèmé-Podji est en pleine métamorphose. Il sera dans un proche avenir le centre de multiplication des géniteurs d’une nouvelle gamme OPTIMA de lapins importées. Cette nouvelle gamme est mise sur le marché mondial seulement en septembre 2020. C’est une première en Afrique d’avoir un centre axé uniquement sur une génétique de grands parentaux. C’est ce centre qui va approvisionner les centres pilotes en cours d’installation dans de nombreux pays en Afrique.


Equipé d’un laboratoire moderne d’insémination artificielle, on ne parlera plus de saillie dans le schéma de reproduction dans ce centre. Dans les élevages au Bénin, la saillie est faite sur la femelle à 2,2 kg, poids qu’elle n’atteint qu’après 6 ou 7 mois. Avec la nouvelle gamme optima, nous aurons désormais sur le marché béninois et de la sous-région, des souches comme hyla optima, hyplus optima, Ps40, Ps119 avec des portées qui varient entre 10 et 12 lapereaux. A 70 jours (environ 2 mois et demi) les poids des lapereaux varient entre 2,2 et 3 kg selon la souche. Ils peuvent devenir reproducteurs à 19 semaines d’âge (environ 5 mois) avec un poids moyen de 3,8 kg. Le nombre des lapereaux par portée est très élevé sans compter les qualités maternelles de cette gamme qui est unique sur le marché mondial. Pour atteindre cette performance, l’aliment compte pour beaucoup. Le test avec les aliments fournis par un groupe de la place n’est pas à recommencer. Une nouvelle formulation à base des produits agricoles et agroalimentaires disponibles sur place est envisagée.

Que dire de l’organisation de la filière ?


Plusieurs tentatives pour fédérer les coopératives de cuniculteurs ont échoués. Les appuis divers apportés par diverses structures DE/MAEP, FAO etc. n’ont pas réussi à calmer les esprits. Autrefois citée comme deuxième filière de petit élevage à promouvoir après l’aviculture, la cuniculture n’est plus évoquée et les acteurs peinent à retrouver leur marque. Vivement qu’ils saisissent cette nouvelle opportunité qu’offre Ibidun Farming pour relancer la filière. Signalons au passage qu’en dehors de son poste de Directeur commercial zone Afrique de l’Ouest, du Centre et de l’Est, Aziz AGOSSOU est aussi membre de la World Rabbit Science Association (WRSA) et de l’Association Scientifique Française de Cuniculture (ASFC)

Joachim N. SAIZONOU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Déforestation : Nouvelle alerte de la Fao Posted by ZOOM AGRO on octobre 5, 2022 2 jours ago