• 21/11/2019
Actualités

Acma2 : Plus de 450 millions de FCfa d’huile de palme warranté en 2018 dans le Sud-Bénin.

GREEN NEWS N° 04 Février 2019

Magazine de l’économie verte

Du 05 au 07 février 2019, s’est déroulé l’atelier bilan de la campagne 2018 du warrantage d’huile de palme effectué par les acteurs des Pôles d’entreprises   agricoles (Pea) des départements de l’Ouémé, du Plateau et du Zou au Sud-Bénin. Au, total, 588 acteurs agricoles dont  249 femmes (soit 42,35%) issus deneufs (09) Pea à savoir Sakété, Ifangni, Adja-Ouèrè, Pobè, Avrankou, Adjohoun, Bonou, Ouinhi et Missérété, ont pris part à cette campagne organisé par le programme Approche communale pour le marché agricole– phase II (Acma2) .

Le warrantage, pour le définir est une opération de crédit de quelques mois dont la particularité est la mise en garantie d’un stock de marchandises cessibles par une institution financière (IMF) en cas de défaillance du client emprunteur. Ici, les huiles de palme sont déposées par les Pea (entreprises productrices) dans un entrepôt sécurisé contre un récépissé leur permettant de solliciter un emprunt à l’institution financière.

Les résultats

De la campagne 2018, 902 tonnes d’huile de palme ont été stockéespar ces acteurs. Ellesont été totalement vendues. 270 362 000 Fcfa de crédit octroyé par l’IMF ont été intégralement payés dans les délais par les acteurs des Pea. Le point global des ventes est de 451 703 696 Fcfa.

Les performances

Au cours de cette campagne chaque Pea s’est différemment illustré. Sakété est champion de cette campagne en matière de constitution de stock avec près de 273 tonnes  d’huile warrantée par 75 bénéficiaires. Pobè, a innové en initiant par anticipation une cotisation pour gérer les charges liées à la mise en œuvre du warrantage, maximisant ainsi sa marge bénéficiaire. Un choix applaudi par les participants. Missérété pour sa toute première expérience de warrantage s’est illustré, malgré la chute des prix sur le marché, par le meilleur prix de vente de la tonne d’huile 527 947 F Cfa contre un prix moyen de vente 503 798 F Cfa la tonne pour les 9 Pea. Le Pea huile de palme d’Adjohoun quant à lui, s’est illustré comme champion en mobilisation de bénéficiaires en faisant participer 145 personnes à la campagne. Ifangni s’est illustré par sa capacité de plaidoyer et son ouverture à la concertation publique privée, le Pea a pu obtenir de la mairie d’Ifangni, le démarrage de la construction d’une infrastructure de stockage d’huile de palme pour faciliter les activités de warrantage.

Les leçons tirées

Aussi riches et variées sont les expériences acquises, aussi multiples et intéressantes sont les leçons  à tirer de cette campagne de warrantage afin de mieux conduire celles à venir. Ainsi, il faut retenir que : l’engagement des producteurs pour une production moins utilisatrice d’engrais chimiques de synthèses ; la pro activité et le consensus dans la prise de décision de vente doivent primer sur l’envie de spéculer ou la recherche outrancière de profits ; la réduction des charges liées à l’opération de warrantage pour la maximisation de profit ; une bonne qualité de production est déjà un moyen de se garantir un bon marché d’écoulement ; l’ouverture des frontières béninoises aux huiles de palme importées entraine une baisse drastique du prix de l’huile sur la marché et entraine la mévente au niveau des acteurs de cette filière.

Planification de la campagne 2019

L’occasion a été saisie par les acteurs Pea pour lancer les préparatifs et planifier la campagne 2019. « Grâce au warrantage nous avons compris qu’en travaillant ensemble, nous pouvons être plus efficaces. Le warrantage est un mécanisme très bon que nous a montré le projet Acma, nous ne devons pas lâcher. » a lâché Idrissou Ladjohounlou, président de l’Union ccommunale des pproducteurs d’huile de palme (Ucpph) de Sakété. Pour ce qui concerne la campagne 2019, nous retenons que la mobilisation des bénéficiaires démarre dès la deuxième quinzaine du mois de février, la mobilisation de stock pour le warrantage à proprement dit démarrera aussi, au plus tard en mars 2019, suivront par la suite, le déstockage et la vente selon l’évolution des coûts sur le marché. « Nous espérons que cette fois-ci le marché béninois ne sera pas inondé par les huiles de palme importées notamment de la Côte d’Ivoire et du Ghana » ont martelé les acteurs des Pea.

En attendant d’avoir leur prévision pour 2019, rappelons que, la récolte globale d’huile de palme devrait se chiffrer à 72 millions de tonnes en 2019.

Le programme  Acma2 

Démarré en décembre 2017, Acma2  est un projet de 4 ans financé par l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas près le Bénin. Il vise l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations rurales dans 28 communes des départements de l’Ouémé, du Plateau du Zou et des Collines. L’approche du programme consiste à faciliter l’accès des acteurs Pea (producteurs, transformateurs, commerçants, etc.), l’accès aux intrants, aux financements et aux marchés locaux et sous-régionaux (notamment le Nigéria), ceci à travers des actions ciblées sur les chaînes de valeurs des filières palmier à huile, manioc, soja, arachide, maïs, piment. Le programme est mis en œuvre par le Centre international pour le développement des engrais (Ifdc) en consortium avec Care International Bénin/Togo et de l’Institut royal des tropiques (Kit) des Pays-Bas.

Partager
Publicités
Sica 2019: Une bonne nouvelle pour les participants béninois

Publications similaires

Laissez un commentaire