Actualités

Le quotidien des 51% oublié de la Bouche du Roy

GREEN NEWS, Le Magazine de l’économie verte

N° 04 Avril 2019

L’aire communautaire de conservation de la Bouche du Roy est l’une des premières aires protégées communautaires du Bénin reconnue par l’UNESCO. Située au Sud-Ouest du pays entre les communes de Grand-Popo et de Comé, elle compte 8 613 âmes dont 51 % sont des femmes (RGPH4). Ces dernières jouent un grand rôle dans la vie de la Bouche du Roy. 

Alors, à quoi peut ressembler une journée de femme vivant dans  cet endroit naturel merveilleusement beau?

  • 6 h à 8 h : Réveil et corvées domestiques

Puisqu’il est considéré par les traditions locales que la femme « perd son temps » au cours de la journée, quasiment toutes les corvées domestiques lui sont attribuées. Elle doit donc : balayer la maison, faire la vaisselle et la lessive, préparer les enfants pour l’école (s’ils sont scolarisés), et préparer le premier repas de la journée.

Corvée matinale

  • 9h à 16h00 : Vacation aux activités génératrices de revenus

Il lui faut d’argent et beaucoup puisqu’elle doit aussi assumer financièrement une grande partie des responsabilités de la famille : la scolarisation des enfants, l’alimentation, l’habillement, la santé. Elle cumule donc plusieurs activités :

  • Récolte de bois et transport à pirogue vers les villages
  • Préparation de sel qui peut durer toute une journée
  • Collecte, transport et séchage en éventail de jonc.
  • Fabrication manuelle de nattes très prisées dans les ménages béninois.
  • Fabrication manuelle d’éventail
  • Préparation de toffee, une friandise locale à base de lait de coco
  • Ouverture des coquilles d’huître pour préparation ultérieure.
  • Pêche de crabe à l’aide du « Eglè ». Activité principalement féminine.
  • Pêche de subsistance proche des mangroves.
  • Tri des poissons par catégorie de grosseur au retour des filets de pêche sur la plage.
  • Négociation du prix d’achat des poissons chez un pêcheur marin.
  • Transport groupé d’une partie des filets de pêche.
  • Fumage de poisson pour une vente ultérieure.
  • À partir de 17 h

Retour au foyer pour la préparation du dîner, l’entretien des enfants et aussi bien souvent le travail reproductif.

  • …Mais tant d’efforts sans reconnaissance

Malgré cette triple journée de travail, les traditions locales conduisent à une sous-évaluation de leurs efforts qui pourtant doit augmenter chaque jour compte tenu de la diminution progressive des ressources naturelles dont dépendent la totalité de leurs activités génératrices de revenus…

Et vous, quelles sont vos idées pour une meilleure reconnaissance des efforts de ces braves femmes, souvent oubliées lors des journées de célébration de la gent féminine ?

Des 08 mars, sans elles?

Mikhaïl Padonou

Crédit Photo Be Nature

Partager
Publicités
PATRICE TALON GREEN NEWS

Publications similaires

3 comments

  1. […] au Sud-Ouest du pays entre les communes de Grand-Popo et de Comé, l’aire communautaire de conservation de la Bouche du Roy compte 8 613 âmes dont 51 % sont des femmes (RGPH4). Ces dernières jouent un grand […]

  2. […] Le lac Ahémé étant l’un des plans d’eau les plus importants du Bénin, des opportunités se doivent d’être créées autour de sa riche biodiversité pour développer l’économie locale. Il est alimenté par les eaux paresseuses de la rivière Couffo, qui rejoignent au sud celles du fleuve Mono, pour former un vaste delta aux environs de la Bouche du Roy. […]

  3. […] manger ou déguster un repas dans un restaurant. Il est donc un impérieux devoir de penser à ces femmes guerrières que constituent les mareyeuses […]

Laissez un commentaire