• 23/09/2019
Actualités

Projet AVLANTO-BENIN: Pour la promotion des chaînes de valeur banane plantain

La banane est le fruit le plus populaire et l’un des aliments de base les plus importants au monde, ainsi que le riz, le blé et le maïs. D’un point de vue nutritionnel, la banane et le plantain constituent une riche source d’énergie calorifique. Ils sont riches en vitamines A, B6, C, minéraux et fibres alimentaires. Ils contribuent de manière significative à la sécurité alimentaire et fournissent respectivement plus de 25% et 10% de la consommation quotidienne de glucides et de calories, pour plus de 70 millions de personnes en Afrique subsaharienne.

Malgré son importance économique et nutritionnelle, l’opportunité attachée à la banane est négligée au Bénin puisque cette culture n’est sujette à aucune politique de développement. En outre, le plan stratégique pour le développement agricole (PSRSA) (MAEP, 2011) n’en a fait aucun cas parmi les treize chaînes de valeur que le gouvernement a décidé de promouvoir.

Assurer une production intensive et une meilleure commercialisation de variétés prometteuses de bananes plantain au Sud du Bénin, telle est la mission que s’est assignée le Projet Avlanto-Bénin. Nous recevons pour ce deuxième numéro de votre rubrique DÉCOUVERTE, la coordonnatrice, Berthe Eléonore Nanoukon. Elle nous présente ce projet à fort impact sur la sécurité alimentaire dans un contexte de changement climatique.

Green news : Berthe Eléonore Nanoukon, vous êtes une exploitante agricole, promotrice de l’entreprise Cité des Bananes, une entreprise agroalimentaire spécialisée dans la transformation et  la production de plantain irrigué. Le capital d’expériences que vous avez acquis dans le développement de cette filière banane comme acteur privé, a fait de vous la coordonatrice du Projet AVLANTO-BENIN. Madame la coordinatrice, que répondrez vous, s’il vous est demandé de présenter le Projet AVLANTO-Bénin

Berthe Eléonore Nanoukon: AVLANTO-Bénin  est un projet financé par  WOTRO NWO par l’entremise de l’ambassade des Pays-Bas au Bénin. Ce projet vise à assurer une production intensive et une meilleure commercialisation de variétés prometteuses de bananes plantain au Sud du Bénin. Principalement, il s’agira de développer les meilleures pratiques agricoles qui soutiennent la diffusion rapide de trois variétés à haut rendement de banane plantain et de développer aussi de nouveaux marchés de produits dérivés de plantain sur le plan  national et régional. Ceci, afin de garantir une meilleure rentabilité aux femmes transformatrices et aux commerçants, durant les 03 ans que va durer le projet.

Projet AVLANTO-BENIN: Pour la promotion des chaînes de valeur banane plantain
BERTHE ELEONORE NANOUKON COORDONATRICE PROJET AVLANTO

Stratégies de mise en œuvre

Etant donné qu’il s’agit d’une filière délaissée, la démarche méthodologique a consisté d’une part en la réalisation d’études préliminaires incluant les études exploratoires, le recensement des producteurs de plantain dans les zones d’intervention, l’étude de références mettant en relief le statut socio-économique des producteurs, l’état des innovations dans la production du plantain et les connaissances en matière de contrôle des maladies et ravageurs ; et d’autre part,  en évaluation de la performance des variétés de plantain au sein de la collection réalisée sur le site du projet à Sékou. C’est sur ce même site que se déroule la multiplication massive des plants dans les germoirs construits à cet effet. Ces plants sont par la suite transférés sous ombrière où ceux-ci atteignent l’âge de trois mois pour être replantés.

Le processus de diffusion a commencé avec les expérimentations sur les parcelles communes de référence pour le développement des innovations et le renforcement des capacités des producteurs qui auront à dupliquer ces mêmes expériences en miniature sur les parcelles individuelles d’essai.

Ensuite suivront le développement de nouveaux produits dérivés de plantain et l’évaluation de leurs compositions nutritionnelles et fonctionnelles. En outre, des expériences sur l’emballage et une étude sur le consentement à payer des consommateurs seront réalisées. Enfin, une étude d’impact  sera conduite. Elle sera basée sur la comparaison des groupes de producteurs participants avec les non participants dans des localités différentes mais situées dans les zones d’intervention. Tout ceci se fera suivant le chronogramme défini. Les six derniers mois du projet se concentreront sur la communication intensive, la consolidation des résultats et l’élaboration des rapports. Rappelons que lors des précédentes phases, les essais et expérimentations seront documentés et filmés pour faciliter la diffusion des résultats de ces recherches.

Les acteurs à la base

Comme acteurs à la base, il s’agit du consortium formé par l‘entreprise Cité des Bananes que je représente, la Faculté des sciences agronomiques de l’Université d’Abomey-Calavi (FSA/UAC) à travers son Unité de Phytopathologie, l’Université de Wageningen (WU) des Pays-Bas, par l’entremise du Centre d’analyse des systèmes de cultures et de son Laboratoire des sciences et technologies alimentaires, et GERME qui est une ONG spécialisée dans la recherche et le développement du monde rural agricole.

Zones d’interventions et cibles

Les résultats issus de l’étude exploratoire ont permis d’identifier 05 communes bénéficiaires qui sont : Tori-Bossito, Athiémé, Zè, Adja-Ouèrè et Ouinhi qui constituent des zones à fort potentiel de production. Ces communes rassemblent à elles seules l’ensemble des variétés existantes au Bénin et détiennent de riches expériences en matière de production de la banane plantain, lesquelles peuvent être capitalisées en vue d’une extension rapide.

Résultats attendus

Entre autres résultats poursuivis :

Trois variétés prometteuses de plantain ont été sélectionnées ; deux mille producteurs de bananiers plantain ont été formés en Bonnes pratiques agricoles (Bpa) pour l’amélioration de la productivité du plantain dans les cinq communes d’intervention du projet ; dix jeunes pépiniéristes se sont professionnalisés dans les techniques de multiplication rapide pour soutenir la diffusion à grande échelle du plantain; de nouveaux produits à base de bananier plantain sont développés ; de nouveaux marchés régionaux et nationaux sont explorés pour le positionnement de produits de qualité à base du plantain.

Mot de la fin

Mes sincères remerciements vont à l’endroit de GREEN NEWS qui fait un travail formidable en mettant les projecteurs sur ce qui se fait au Bénin en matière d’agriculture écoresponsable. Je profite de cette opportunité qui m’est offerte pour exhorter les consommateurs béninois à varier au mieux leur alimentation en y intégrant plus la banane plantain qui peut devenir comme pour le Cameroun, le Ghana et la Côte-d’Ivoire un produit susceptible d’aider à lutter contre l’insécurité alimentaire aux côtés des céréales qui constituent jusque-là la base de l’alimentation au Bénin.

Propos recueillis par Anicet SEMASSA

Partager

Publications similaires

Laissez un commentaire