• 20/08/2019
Actualités

Promotion des pratiques écologiques et protection de la biodiversité: Le Centre Aced offre 12 000 000 à des Ong.

Dans la commune d’Abomey-Calavi ce mardi 13 août 2019, s’est tenue la remise de prix aux 06 meilleures Organisations non gouvernementales (Ong) dont les propositions de projets sur la protection de l’environnement, l’agriculture durable et donc la protection de la biodiversité, ont retenu l’attention du Centre d’actions pour l’environnement et le développement durable (Aced). Initiateur de la campagne, il est spécialisé dans l’agriculture et sécurité alimentaire, changements climatiques, Tic dans l’agriculture. 2 000 000 F Cfa fois 6. C’est donc à l’arrivée, 12 000 000 F Cfa qu’Aced à travers ses partenaires a ainsi injectés pour subventionner ces projets qui promeuvent des pratiques plus respectueuses de l’environnement quelque soit le secteur d’activité.

Selon les propos de Donald Houessou, Directeur des programmes au Centre Aced, tout est parti d’une initiative sur la protection de l’environnement, sur l’agriculture durable, ce qui qui inclut systématiquement la protection de la biodiversité. Dans ce cadre, explique-t-il, «nous avons en avril passé, organisé une formation pour une vingtaine d’organisation qui travaille dans ce sens. La formation a consisté à doter ces acteurs de capacités techniques surtout en terme de sensibilisation, de marketing social qui puisse encourager les acteurs locaux, les agriculteurs, les communautés à la base, à promouvoir la protection de la biodiversité dans leurs activités notamment l’agriculture». Après cette formation, poursuit-il, un prix a été lancé. Lequel prix consiste aux dires de cet agro-économiste de formation, à octroyer de subvention aux 6 meilleures propositions. «Nous avons reçu plusieurs candidatures que nous avons évaluées et les six meilleures ont été retenues. Aujourd’hui, il s’agit de pouvoir, de façon symbolique, remettre les prix (2 000 000 F Cfa chacune Ndlr) à ses organisations», confie l’homme. Leur mission fait-t-il savoir, est de mettre en place, chacune, une campagne dans leur domaine respectif. Il y a par exemple, des projets qui sont dans la promotion des pratiques plus écologiques au niveau des chasseurs, des projets sur la restauration des espaces verts, etc. Bref, c’est, conclut Donald Houessou, une diversité de paysage qui est pris en charge par ces organisations. Il s’agit, spécifiquement, laisse-t-il entendre, quelque soit le domaine, de pouvoir promouvoir des pratiques écologiques au niveau des communautés à la base dans leurs activités. Heureux de l’aboutissement de l’initiative, il a remercié les Partenaires techniques et financiers (Ptf) pour l’appui aux initiatives du centre Aced. Un appel à tout de même été lancé aux autorités nationales à divers niveaux pour leur implication dans les nouvelles missions écologiques du Centre.

Michael PADONOU, Ong EcoBénin
Michael PADONOU Ong EcoBénin

Elles apprécient…

«Cette remise de chèque est une opportunité pour la Bouche du Roy et permettra de réduire la pression sur la mangrove qui constitue une des valeurs clé que nous conservons à la Bouche du Roy. A travers cette remise de chèque, nous allons distribuer des foyers améliorés dans la Bouche du Roy. Le bois de mangrove sera moins utilisé pour le feu. Ainsi, c’est la santé de la population qui s’en trouve préserver. L’aire communautaire de la préservation de la biodiversité ”Bouche du Roy” est une aire protégée, dédiée à la conservation de l’écosystème du Littoral. A ce jour, c’est l’unique aire protégée du Bénin reconnue à l’international, dédiée à la mangrove et à l’écosystème lagunaire de la côte du Bénin», Michaël Padonou, le Chargé du  suivi écologique de la Bouche du Roy à l’Ong EcoBénin .

 «J’ai vraiment apprécié cette initiative. Ça nous permet en tant que jeunes, de pouvoir nous retrouver autour d’un enjeu commun, c’est-à-dire la conservation de la biodiversité. On avait eu à faire un atelier à Ouidah pendant 12 jours et on (Aced Ndlr) nous a appris les étapes, les processus pour faire une campagne pour impacter vraiment les populations. De cet atelier est ressorti un appel où toutes les organisations ont eu à compétir… Ce prix est pour moi et mon organisation une opportunité de pouvoir aider les populations parce que ce qui se remarque est que les hommes, les femmes, les agriculteurs, les producteurs, utilisent des méthodes sans le savoir, qui détruisent notre environnement. A travers cette campagne qui se fera dans plusieurs localités du Bénin, on va pouvoir permettre aux gens de comprendre les méfaits, les externalités négatives de leurs actions. L’Ong travaillera notamment à protéger la lagune côtière de Ouidah qui regorge de beaucoup d’espèces, la flore comme la faune et qui sont menacées par l’utilisation par exemple des insecticides», Imarath Adéoti du Centre de recherche et d’expertise pour le développement local (Credel Ong).

Patrick TOKPOHOZION

Partager

Publications similaires

Laissez un commentaire