Actualités

Piment/Fertilisation du sol: L’application d’engrais à la couronne recommandée.

La 4ème session du Champ de démonstration pédagogique (Cdp) initiée par Africa Green Corporation à travers l’Appui spécifique à l’intensification agricole (Asia) du programme Approche communale pour le marché agricole (Acma2) s’est déroulée dans la matinée de ce jeudi 22 août 2019. C’était sur le site pilote installé dans le village Bamè, commune de Zangnanando. La séance du jour a porté sur l’application des fertilisants sur la culture du piment. L’exercice a consisté à expérimenter la méthode paysanne  d’application d’engrais et celle dite de Bonne pratique  agricole (Bpa) pour une comparaison des résultats à  postériori.

Contrairement à la pratique paysanne qui applique l’engrais (non spécifique Ndlr…) par la méthode par poquet, sans période fixe, ni dose fixe, le consultant formateur de Africa Green Corporation (Green Sa), Rachidi Francisco, recommande aux maraîchers de piments appuyés, l’application d’engrais à la couronne comme Bonne pratique agricole. « Le mode d’application est important » confie cet assistant de recherche au Laboratoire de génétique, horticultures et sciences de semences (GBIOS) de la Faculté des sciences agronomiques (Fsa), consultant formateur de Green Sa. L’avantage, poursuit-il, est que « cette méthode permet à la plante d’utiliser rationnellement les nutriments ». « Il est bien vrai que cela paraît fastidieux pour le producteur mais ça permet de limiter les cas de mortalités » fait-il savoir.

Stratégie de vulgarisation…

« Aujourdhui, nous avons parlé de la fertilisation du piment, les types d’engrais à appliquer, la période et la mode d’application pour que la plante puisse bénéficier de façon efficiente de ces différents nutriments. Pour ce cas précis, il s’agit de l’engrais NPK 15 15 15. Il sera appliqué au cours de la phase végétatif, soit 2 à 3 semaines après le repiquage, juste avant la floraison de la plante. Cette application sera faite par la méthode dite de couronne à une dose de 8 grammes (NPK) par plant suivant que le sol est moins fertile, et 4 grammes si ce dernier est peu ou prou fertile ». Ainsi va se résumer la chanson composée par Thierry Lègba producteur de piment à Banamè sur demande du Point focal Acma2/Green Sa, Ange Guédénon. Objectif, récapituler les notions apprises au cours de cette séance de Cdp à ses paires dans la plus grande aisance. Comme quoi, tous les moyens sont bons pour l’acquis de la connaissance en milieu paysan.

Partager
Publicités
Le coton bio, le dernier challenge du Professeur Talon en Afrique

Publications similaires

5 comments

  1. […] a été organisé. Il a débouché sur le suivi et l’évaluation de ces supports sous forme de test au sein des Structures d’appuis entrepreneuriat (Sae) et autres institutions de formation… Les observations issues cet atelier ont été intégrés aux documents. Ce qui a permis d’aboutir […]

  2. […] Approche communale pour le marché agricole (Acma2)  a effectué une mission de suivi dans le champ de démonstration pédagogique (Cdp) mise en œuvre dans le cadre de l’Appui spécifique à l’intensification agricole (Asia). […]

  3. […] le Développement Agricole (LRIDA) de l’Universite de Parakou (UP) organise au  profit des consultants,  responsables et cadres d’ONG, de structures d’accompagnement des organisations de […]

  4. […] appliquer les Bonnes pratiques agricoles (Bpa) à environ 16 000 producteurs dans les 04 départements couverts par le Programme. 82 Champs […]

  5. […] que j’ai connu un groupement dénommé ‘’Midédji à Agbossa’’ qui s’adonnait à la production de piment. J’ai été coachée à commencer par acheter et vendre le piment frais et plus tard je me suis […]

Laissez un commentaire