• 21/11/2019
Actualités

Elevage: L’aviculture béninoise face à la nouvelle demande qui s’annonce

L’un des défis majeurs qu’entend relever l’Interprofession de l’aviculture du Bénin (Iab) est le  plaidoyer et la bataille pour réduire l’importation des viandes congelées  en vue de booster la production nationale. Une situation qui semble trouver d’issue. Dans un contexte où la demande en produits avicoles locaux se fait de plus en plus sentir après la fermeture des frontières nigérianes intervenue depuis le 20 aout 2019, les acteurs du domaine pourront mesurer l’exigence du marché dont ils réclamaient pendant longtemps la paternité.

Accroître la production pour combler le déficit national d’environ 40% et prendre une par de 10 à 20 % des réexportations vers les pays de la sous région, particulièrement le Nigéria d’ici l’an 2022, avec challenge de passer de 15 000 à 30 000 tonnes de viande par an d’ici 2021. Tels sont les défis majeurs qu’entend relever l’Interprofession de l’aviculture du Bénin (Iab) pour le rayonnement de ce secteur d’activité. Seulement, ‘’hier’’ encore, cette lutte ne constituait pas une priorité pour le gouvernement vu les recettes qu’engendre la réexportation  de la volaille. Pour rappel, à lire le rapport annuel de la douane béninoise, en 2016, la réexportation des viandes et abats comestibles  étaient pourvoyeurs de 35 639 522 767 francs CFA de recette. La fermeture des frontières nigérianes, s’il faut le dire, reste donc une opportunité pour  l’Iab pour concrétiser sa vision.

Toutefois, dans un contexte où  le Nigéria interdit la réexportation de ces produits sur son territoire, la petitesse du marché béninois  ne favoriserait pas l’importation de la volaille à un prix très concurrentiel à la production locale. De ce fait, le volume d’importation  de la volaille baissera. Ce qui visiblement laissera presque  intact le déficit national d’environ 40 % à satisfaire. Cela relance une fois encore, le débat sur les mécanismes de financement de la filière avicole conformément au Plan stratégique de relance de la filière agricole.

Partager
Publicités
Bénin : l’agriculture contribuera à hauteur de 25% au Pib en 2021

Publications similaires

Laissez un commentaire