• 20/11/2019
Actualités

Bénin : Le mix énergétique éco- responsable, une réalité désormais

Green News, Magazine de l’économie verte N° 07, Octobre 2019

De l’inauguration de la centrale thermique de Maria Gléta 2 en passant par la mise en service des centrales solaires, tout est fait pour une marche résolue vers l’autonomisation énergétique de l’ex Dahomey. Jeudi 29 août 2019 ; date mémorable car historique!  A Maria Gléta, dans la commune d’Abomey-Calavi au Sud du Bénin, une page de l’histoire énergétique de notre pays fut écrite. Elle raconte qu’une centrale thermique bi combustibles (gaz naturel ou fioul), un investissement éco-responsable d’une capacité de 129 mégawatts a jailli. Son inauguration enchante et continue de nourrir les écrits et les conversations.

« …Et, pour vous donner un exemple, on exige d’une motocyclette que son bruit ne dépasse pas environ 70 décibels (dB). Cette centrale émet presqu’à la moitié du bruit d’une motocyclette. Nous avons également une émission du dioxyde d’azote qui est prévue pour  être inferieur à 2000 Nm3/mg ; nous avons obtenu moins de 1200 Nm3/mg »

Du Sud au Nord, la bonne nouvelle de de l’avancement sur le chemin de l’autonomie énergétique est annoncée par toutes les lèvres. Dans le Septentrion, des décennies de retards énergétiques se réparent. D’entrée, la mise en service à Kandi de la ligne électrique haute tension de 161kV Parakou-Bembèrèkè-Kandi-Malanville. « Les nouveaux postes flambant neufs de la CEB de plus de 25 milliards de FCfa d’investissement vous place en avant-garde énergétique dans le Nord du Bénin. C’est extraordinaire ! Les infrastructures modernes et numérisées installées vous donnent le nécessaire pendant les vingt-cinq prochaines années sans difficulté »,  rassurait le Ministre de l’énergie lors de  cette tournée mémorable du mois d’août dernier.

Il faut dire cela avait été précédé par la construction de la ligne haute tension de même nature, entre Onigbolo et Parakou, effaçant ainsi des décennies de souffrances des populations du Nord du Bénin. Car l’énergie électrique qui quittait le Nigeria devait avant d’alimenter le Nord Bénin, traverser le sud de notre pays pour aller au Togo, puis monter dans le Nord du pays voisin avant de pouvoir servir nos compatriotes du Nord Bénin.

De l’énergie conventionnelle au renouvelable, tout est si bien pensé. Et, c’est Bouanri dans la Commune de Bembèrèkè qui annonce les couleurs en bénéficiant d’une microcentrale solaire de 40 kilowatts crête (Kwc) destinée à fournir l’électricité à plus de deux cent ménages du village. Les deux grands arrondissements des communes de Gogounou et Malanville à savoir Zougou-Pantrossi et Koratédji font également leurs adieux à l’obscurité. Ils jouissent, en effet, chacun, d’une microcentrale solaire photovoltaïque de 250Kwc, de 10 lampadaires solaires, plus 3km de réseau Basse tension, (BT). Madécali chante aussi l’hymne de sa victoire sur les ténèbres avec cet événement historique. Une installation de 24 km 500 du réseau moyenne tension, de plus de deux km de réseau basse tension, d’un transformateur de 160 KVA et 10 lampadaires conventionnels est mise à disposition de la ville.

Adieu l’antan

‘’Hier’’ encore, l’énergie électrique, pour nourrir ces régions, quittait donc le Nigéria pour le Togo avant d’être convoyée aux consommateurs. Une situation qui jusque-là, noircissait le rendement des petites industries installées dans ces zones. Seulement, le Président Patrice Talon, homme visiblement averti, ambitieux et déterminé, a su repérer l’arme de combat énergique pour venir à bout des délestages et des coupures intempestives de courant électrique qui avaient fini par avoir raison du quotidien des Béninois.  Dona Jean-Claude Houssou, le cheval de course pur-sang qu’il fallait. A son sujet et au vu des réalisations, l’inspiration s’impose. Quand c’est bon, quand c’est beau, on ne peut s’empêcher de le dire, de le chanter à tue tête s’il le faut.

Demain, il fera plus beau

Ils sont, manifestement, inlassables le Président Patrice Talon et son Ministre. Ils n’entendent pas s’arrêter-là. Encore et encore de lumière reste une soif. Sur le plan énergétique, le Bénin resplendira davantage. Les projets y sont prévus à cet effet. « De nouveaux défis nous attendent à travers la construction d’autres centrales dont notamment une de 127Mw et une autre de 25 Mw. Mais à coté de ça, le gouvernement a décidé d’avoir un mix énergétique responsable ; c’est-à-dire capable d’allier à la fois le thermique et les énergies renouvelables. C’est pour ça qu’à l’horizon 2021, nous devons aussi avoir… une capacité de production de quatre cents (400) MW», dont 25% d’énergie solaire, confia le Ministre de l’énergie le jour de l’inauguration de la centrale de Maria Gléta 2.

«En l’espace de 3 ans nous allons passer de 0% à 25% de notre production en  énergie qui sera d’origine renouvelable notamment solaire photovoltaïque, c’est également historique dans notre pays »

Notamment, le solaire voltaïque, avec l’implantation de centrales solaires photovoltaïques dont vingt cinq (25) MW à Iloulofin près d’Onogbolo au sud-est du pays dans le cadre du projet Defissol soutenu par l’Agence Française de Développement (AFD) et l’Union Européenne (UE). Puis grâce au programme Millennium challenge account (Mca II) cinquante (50) MW répartis à Bohicon (15), Parakou (15), Djougou (10) et Natitingou (10). Natitingou disposera également de 5 Mw fonctionnant avec biomasse. Par ailleurs, le projet Defissol permettra également d’offrir un appui à la modernisation du système d’information de la SBEE. Des projets de mini-centrales solaires hors réseau d’une capacité totale de 22,96 Mwc sont également en cours. Aussi, le développement du biogaz, à travers la méthanisation, tient une place de choix dans la politique d’électrification des localités. Il est annoncé également l’installation d’une centrale de gazéification de la biomasse totalisant 4 Mw grâce à l’appui du Programme des Nations-Unies pour le développement (Pnud). Déjà, avec l’appui de la SNV, plus de 100 bio-digesteurs (modèle Faso Bio-15 de volume 4 m3) sont en cours de mise en place pour appuyer l’électrification rurale et permettre la cuisson propre dans les ménages ruraux, notamment ceux d’agro-éleveurs.

Mais déjà cent quarante trois (143) localités nouvelles ont été électrifiées et deux cents (200) autres sont en préparation.

Partager
Publicités

Publications similaires

Laissez un commentaire