• 12/12/2019
Actualités

Accès au marché : Acma2 plaide pour l’entretien régulier des voies d’accès aux infrastructures marchandes construites

La facilitation de l’accès au marché que prône le Programme Approche communale pour le marché agricole (Acma2) reste confrontée à l’inaccessibilité de certaines zones de production. Notamment, celles ou sont érigées les infrastructures et équipements marchands. Il faut agir. C’est ce qu’a compris  , la coordination du programme en organisant  jeudi 21 novembre 2019, à Bénin royal hôtel (Cotonou)un atelier de plaidoyer. Objectif, trouver une solution appropriée et inclusive aux acteurs des Pôles économiques agricoles (Pea) qui ploient sous l’état désastreux des voies rurales.

acma2 l’atelier de plaidoyer pour l’aménagement et l’entretien régulier des pistes prioritaires menant aux infrastructures construites

La voie du développement passe par le développement de la voie. C’est du moins, ce qui ressort du film documentaire introductif de cet atelier L’aménagement et l’entretien régulier des pistes prioritaires conduisant aux infrastructures construites par le programme Acma dans le cadre de sa mise en œuvre, étant le propos.  Laséance, de ce fait, aura permis  de faire vivre aux participants notamment les autorités compétentes, les réalités des acteurs des Pea pour ce qui est de la mise en marché de leurs produits agricoles/ Ceci, en vue d’ une prise de décision conséquente.

Pour Raymond Fafoumi, Président du Cadre de concertation inter-communal (Ccic) de l’Ouémé et du Plateau, le transport et la logistique ont un impact sur la sécurité alimentaire.  « Vous avez constaté dans le film documentaire que le manioc qui ne doit pas faire plus d’une journée sur la route a passé plus de 72 heures », fait-il observer.  Cette réalité, à l’en croire, affecte la qualité nutritionnelle du produit. Ce qui pose le problème de la sécurité alimentaire. Un point de vue  soutenu par Alix Afouda , Ingénieur agroéconomiste.

Dans le rang des Pea, l’exhortation reste la même. « Nous implorons le gouvernement d’avoir à cœur l’état de nos voies en investissant dans la réfection des pistes rurales. Car, cela y va de la qualité de nos produits agricoles », clame Béatrice Houessou, représentante des Pea. Selon  ses propos, l’état des voies est un facteur très important pour l’achèvement de la mission si bien commencée par le programme.

Les autorités politico-administratives en accord avec le plaidoyer

L’acte du programme Acma2 entre en lien avec le Programme d’actions du gouvernement (Pag) notamment le projet Asphaltage. De ce fait, « ce plaidoyer mérite d’être pris en compte », confie Sylvain Avotrican, représentant du Ministre des infrastructures et du transport. Conscient de l’enjeu, le représentant du Ministre de l’agriculture, quant à lui, pense qu’: « Il faut désenclaver tout le bassin de production et assurer la liaison vers les marchés de consommation».

Notons que l’atelier a aussi connu la participation du représentant de l’Ambassadrice du Royaume des Pays-Bas près le Bénin, de la Directrice régionale de l’IFDC, celle de Care international Bénin-Togo, du Préfet du département du Plateau et les Maires des communes membres des Ccic.

Partager
Publicités

Publications similaires

Laissez un commentaire