• 30/09/2020
Actualités

Cajou 2020 : Les recommandations de Pierre Ricau aux acteurs de la filière anacarde

Contre toute attente la campagne de commercialisation de cajou de cette année 2020 sort sa tête de l’eau.  Ceci, malgré qu’elle soit infectée par la pandémie du covid-19. De semaine en semaine, les tendances attendues pour l’évolution des prix de la noix de cajou brute en Afrique de l’Ouest sont en légère hausse. Ce qui place les prix bord-champ de cession du kilogramme de la noix légèrement en dessous des prix plancher fixés. C’est du moins le constat fait à la lecture du numéro 335 du bulletin sur le ’’Marché de l’Anacarde’’ en date du 14 mai 2020 du magazine N’kalo. Lisez à propos les recommandations de l’analyste Pierre Ricau à l’endroit des acteurs de le filière anacarde.

Aux producteurs : de ne pas prendre trop de risque et de vendre la majorité (+/-75%) de leur production dès que les prix qui leur sont proposés atteignent : 350 FCFA/kg au Bénin, 300 FCFA/kg au Burkina, 4 GHS/kg au Ghana, 250 FCFA/kg en Côte d’Ivoire et au Mali, 4500 GNF/kg en Guinée, 400 FCFA/kg au Sénégal et en Guinée-Bissau, 40 GMD/kg en Gambie. De continuer de prendre un soin particulier à bien sécher, bien trier et bien stocker les noix en attendant que ces prix soient proposés s’ils ne le sont pas déjà.

 – Aux commerçants et exportateurs : de ne pas s’engager sur de trop gros volumes, de ne pas trop stocker, pour ne pas subir la volatilité haussière comme baissière.

– Aux transformateurs : de continuer à accélérer votre approvisionnement. De ne signer des contrats d’exportations d’amande de cajou pour les prochains mois que dans la moitié haute de la fourchette de prix actuelle (Minimum 3 USD/lb pour le grade WW320) et de reporter le plus possible vos ventes pour profiter d’une hausse des prix importante lorsqu’une partie de l’industrie asiatique aura des problèmes d’approvisionnement.

Partager
Publicités
Le coton bio, le dernier challenge du Professeur Talon en Afrique

Publications similaires

2 comments

  1. […] Dans ce contexte, nous continuons de penser que l’approvisionnement des usines asiatiques au cours des prochains mois risque d’être compliqué et qu’un conséquence l’offre d’amande de cajou sur la deuxième moitié de l’année risque de se réduire. Un gros acteur de l’importation de noix de cajou aux USA a indiqué cette semaine une baisse de la demande de ses clients mais pour l’instant il n’est pas évident de savoir si cette situation est particulière ou bien généralisée. En Europe où nous avons de meilleure source d’information, la demande semble être revenue à la normale après le pic de consommation de mars/avril mais jusqu’à présent rien ne semble indiquer une baisse de la demande. […]

  2. […] de noix de cajou, subit durement les impacts de la pandémie du covid-19 pour ce qui est de la filière anacarde. À l’heure actuelle, soit environ trois mois après le confinement partiel du pays et […]

Laissez un commentaire