• 03/08/2020
Actualités

Campagne de transhumance 2020 au Bénin : 18 morts déjà

La restriction de l’entrée des transhumants étrangers sur le territoire béninois pour la campagne de transhumance 2019/2020 a révélé les difficultés du vivre-ensemble entre éleveurs et agriculteurs nationaux. Aussi, à l’aune des pertes en vies humaines qui s’ensuivent, les stratégies développées par le Conseil national en charge de la gestion de la transhumance de manière opérationnelle ne souffrent-elles pas d’insuffisance ?

Le Bilan

Entre éleveurs et agriculteurs nationaux, c’est la lune de fiel. Du Sud au Nord du Pays, ça s’entrechoque mortellement. 5 mois seulement environ après le lancement de la campagne de transhumance, et déjà 18 morts en leur sein.  Le bal, il fut ouvert dans la nuit du lundi 20 au mardi 21 janvier 2020 par le décès de deux frères à Ouinhi au Sud-Est du Bénin. Selon l’information relayée par le site Banouto, « les deux frères auraient été fusillés alors qu’ils charcutaient un bœuf… ».  

Trois mois après cette épisode, le pastoralisme a encore fait couler du sang dans un camp peulh de Lou, une localité de Kalalé Centre au Nord Bénin. C’était, mardi 14 avril 2020. L’incident fait état d’un décès, plusieurs blessés et des dégâts matériels. Tout serait parti d’une altercation entre deux bouviers Peulhs et deux agriculteurs du village de Lou. Selon les récits de l’Agence Bénin presse (Abp), « un agriculteur aurait, à coups de lance-pierre, chassé un bouvier à la recherche de fourrage, de son champ ».

En Mai dernier, c’est le village Woroko à Kétou (département du Plateau) qui reçoit son bain de décès. Un affrontement entre éleveurs et agriculteurs a occasionné 6 morts. Et, comme si cela n’était pas suffisant, quelques jours plus tard, d’un violent affrontement dans le village de Goungoun dans l’arrondissement de Guéné (Malanville), 04 personnes rendent l’âme. D’autres localités de la région se verront elles aussi embrasées par la fièvre des heurts. Le bilan des victimes passe à 9. Ceci, en moins d’une semaine.

Ainsi, malgré les réglementations apportées par le pouvoir central à travers le Conseil national de la transhumance (Cnt), les choses ne semblent pas évoluées. De mal en pis est-on censé de dire. On peine à ôter le ver du fruit. Pour rappel, en effet, le bilan de la campagne 2018/2019 a fait seulement trois (03) morts, deux blessés, 29 bovins tués, et plusieurs greniers saccagés.

Partager
Publicités
SOCIETE SALE PEACE TOMATE

Publications similaires

1 commentaire

  1. […] L’alimentation animale à elle seule occupe jusqu’à 60% des charges en élevage, il est de bon ton d’apporter des solutions faciles aux éleveurs pour les aider à réduire leurs charges en la matière afin qu’ils puissent trouver des marges intéressantes.C’est dans ce cadre que le cabinet de conseil en élevage Lokotoro organise une formation pratico-pratique pour apporter une solution facile aux éleveurs. […]

Laissez un commentaire