Actualités

Bénin/Agroalimentaire: Cession des unités de transformation de produits agricoles étatiques

Le compte-rendu du Conseil des ministres du 29 juillet 2020 qui a été réuni, sous la présidence effective du Chef de l’Etat, le Président Patrice Talon. Plusieurs décisions ont été prises. Parmi lesquelles figurent la cession des unités de transformation de produits agricoles étatiques.

Au total, 12 unités de transformation en souffrance au Bénin seront cédées par l’Etat béninois au secteur pour compromission dans « la réalisation des objectifs poursuivis à travers leur installation ». C’est ce que révèle le compte rendu des conseils des ministres de ce jour. Ceci, fait suite à une mission du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche. Ce qui, a permis de dénombrer plusieurs unités de transformation en souffrance dans certains départements. Il s’agit notamment :

  • des unités de transformation de noix d’anacarde de Kouandé et de mangue en jus à Tigninti, commune de Natitingou ;
  • des usines de transformation de tomate de Kpomassè, de noix de cajou de Parakou, de jus d’ananas d’Allada, de jus de cajou en alcool de Bantè, d’anacarde de Copargo ;
  • de l’atelier de décorticage d’arachide de Kantchacou-Tamou, commune de Natitingou;
  • des mini rizeries de Cobly, Tanguiéta, Péhunco et Kérou.

Selon ce communiqué, l’état des lieux réalisé indique que la plupart de ces infrastructures pourraient être récupérées après une rénovation ou une réhabilitation. De ce fait le Conseil a marqué son accord pour leur cession.

Partager
Publicités
PATRICE TALON GREEN NEWS

Publications similaires

3 comments

  1. BRYAN MEMEVEGNI dit :

    Dans l’objectif d’adhérer à l’idée de cession de ces unités, il est important au-delà de la visite de constats d’avoir la vraie situation de ces unités, de les évaluer pour juger de possibles réhabilitations extensions et reconstruction. Ces démarches viseront à savoir ce qui s’est passé en réalité et l’insérer dans les idées d’améliorations.
    Car si les causes réelles et profondes ne sont pas circoncis il serait répété les mêmes états observés aujourd’hui même si le temps sera différent en ce qui concerne durée avant le constat des ruines.
    Par expériences il faut voir les méthodes de fonctionnement des ces unités et aussi le respect des maintenances et planifications nécessaires pour la pérennité de ces machines.
    Quand nous nous référons aux désirs des gouvernants e’ ce qui concerne l’industrialisation, il faudrait d’avoir que l’anticipation est aussi nécessaire et il n’est pas question d’obscurcir les ambitions en ce qui concerne les différents acteurs qui devront faire vivre ces usines par dotation de moyens modernes maîtrisés pour accompagner les attentes au niveau des résultats de production.
    Il faut pas oublier aussi de faire une rencontre avec des acteurs ayant déjà le désir de lancer en privée sur ces chantiers pour que demain des idées ne soient pas étouffées par les mêmes actions gouvernementales.
    Le riz, l’anarcade, l’arachide etc… ont besoins de plus de soins puis de configurations car les productions n’arrivent pas à faire tourner les unités transformatrices en 12 mois de fonctionnement

  2. Arsène SAFARI MARUME dit :

    Merci pour cet Engrais et courage à nos ingénieurs, moi j’habite en République démocratique du Congo, province du Nord-Kivu; ville de Goma. Comment avoir cette engrais ?

Laissez un commentaire