• 30/09/2020
Actualités

Agriculture: L’urine, une alternative crédible aux engrais chimiques

L’urine humaine pourrait être d’une grande utilité pour l’agriculture. Elle peut être une alternative crédible aux engrais chimiques utilisés pour les jardins potagers et l’agriculture intensive. Le pipi ou « l’or vert » renferme des nutriments nécessaires à la croissance des plantes.

Urinez sur vos fruits, fleurs et légumes pour un plus grand rendement

En effet, selon une étude publiée dans la revue PLoS ONE par des chercheurs de l’Université d’Alberta au Canada citée par « maxisciences », l’urine contient 95% d’eau et 3079 substances chimiques (5%) dont l’azote, le phosphore et le potassium, des substances que les plantes adorent.

L’azote en effet, est responsable du développement des végétaux, parties vertes principalement, mais aussi toute partie contenant des protéines. En ce qui concerne le phosphore, il favorise un bon enracinement de la plante et la résistante aux agressions. Le potassium quant à lui est important dans l’arrivée de la floraison et de la fructification. Cet élément joue un rôle dans d’autres processus bio-chimiques et renforce la plante.

En somme, « l’urine est un très bon engrais pour faire pousser des aubergines, des concombres ou des poivrons », confie Karim El Hadj, journaliste à « Le Monde ». À l’en croire, l’urine est utilisée depuis l’antiquité romaine. En France, au début du 20e siècle, elle, affirme-t-il, servait déjà dans l’agriculture.

Du pipi pour les plantes

D’après le journal Le Monde, l’utilisation des bactéries cultivées dans l’urine pourrait permettre de manière plus naturelle, de rendre le phosphate du sol d’avantage disponible pour les plantes qui en ont besoin pour grandir vu qu’aujourd’hui, on va chercher ce phosphate dans les gisements rocheux. En plus de l’impact écologique de ces importations, ces substances se raréfient car on en consomme énormément, notamment pour les besoins de l’agriculture intensive et justement pour fabriquer des engrais. Recycler nos usines pourraient donc nous rendre écoresponsables.

A titre illustratif, Fabien Esculier, chercheur au laboratoire Eau-Environnement et système urbain en France, estime que « si on collectait l’’urine de tous les agglomérations de Paris, avec les nutriments qu’ils contiennent on pouvait faire pousser du blé, qui servira à fabriquer 20 millions de baguette de pain chaque jour ». Par ailleurs, il est à noter que ces types de toilettes (prototypes) sont conçus et son en expérimentation déjà pour la collecte de l’urine.

Partager
Publicités
Le coton bio, le dernier challenge du Professeur Talon en Afrique

Publications similaires

Laissez un commentaire