Actualités

Bénin : Désormais pour chaque commande de pulvérisateur, il faut une autorisation préalable d’importation.

Sur proposition du Comité national de gestion des pesticides (Cngi), toute importation du pulvérisateur est subordonnée à une autorisation préalable   d’importation (Api) délivré par le Ministère chargé de l’Agriculture après avis dudit comité. Elle est délivrée pour chaque commande effectuée par l’importateur.

C’est la quintessence de l’arrêté interministériel N*039/MAEP/MEF/DC/SGM/DAF/DPV/CJ/SA/031SGG20 du 17 juillet 2020, co-signé par les Ministres de l’Agriculture Gaston Dossouhoui et son homologue de l’Economie, Romuald Wadagni. Le présent arrêté fixe les conditions et modalités de délivrance des Api des pulvérisateurs au Bénin. Ceci, conformément aux dispositions de la loi, 91-004 du 11 février 1991, portant réglementation phytosanitaire en République du Bénin.

Pour rappel, au sens dudit arrêté, on attend par pulvérisateur, l’ensemble des appareils de traitement phytosanitaires composé d’une cuivre, d’une pompe, d’un distributeur, et de bulses avec ou sans un régulateur de pression et un manomètre qui servent à pulvériser des pesticides sous forme de poudre ou de liquide et d’engrais liquide. A cet effet, on distingue les : pulvérisateurs portés ; pulvérisateurs remorqués ou trainés ; pulvérisateurs automoteurs, pulvérisateurs aéroportés, intégrés à un avion ou hélicoptère.

Partager
Publicités
Le coton bio, le dernier challenge du Professeur Talon en Afrique

Publications similaires

Laissez un commentaire