Actualités

Financement agricole au Bénin : Le fond covid-19 impulse les activités du Guichet N* 3 de la Fnda

« Tous les guichets sont opérationnels à la différence du guichet 3 que nous sommes en train de lancer » Dixit Valère Houssou Dg Fnda.

Conçu dans le cadre du Plan stratégique de développement du secteur agricole (Psdsa 2017-2025), le Fonds national de développement agricole (Fnda) est le  catalyseur de l’investissement privé dans le secteur agricole. Toutefois, iI aura fallu trois ans au Fnda pour rendre opérationnelle les activités du guichet numéro 3 porteur du service financier.

   Créé par décret N° 2017-304 du 21 juin 2017, comme Etablissement public à caractère social, culturel et scientifique, le Fnda est doté de la personnalité morale et de l’autonomie de gestion. S’inscrivant dans l’optique de la promotion de l’investissement privé sur le plan agricole, c’est le Ministère de l’Agriculture de l’Elevage et de la Pèche (MAEP) qui en a la tutelle (loi N°94-009 du 28-07-1994).

Un après sa création (26 juin 2018), les activités de ce fonds ont été lancées à Cotonou par le Ministre de l’agriculture, Gaston Dossouhoui. Selon ce dernier, le lancement des activités du Fnda fait de tous les acteurs du monde agricole “les héros” d’une aventure au cours de laquelle l’espoir serait le plus grand allié. Et cela en raison du  nouveau cadre institutionnel du secteur agricole, comme l’informe l’Agence Benin Presse. Ainsi « l’opérationnalisation du Fnda à travers des guichets devra permettre d’assurer la réalisation des investissements structurants, l’accès aux services financiers et non financiers » poursuit-il. Ce qui n’a pas manquée de satisfaire un tant soit peu l’appétit financier des acteurs agricoles. Mais dans le rang des jeunes formés pour l’entrepreneuriat agricole, la fin du déluge approche.

Quelques temps après, des appels à projets ont été lancés. En février 2019, à titre d’exemple, on note l’appel à proposition de projets lancé par l’Atda7 pour le fonds d’investissement agricole à caractère du Fnda. De ce fait, les plans d’affaires ont été déposé dans ces agences, nourrissant davantage l’espoir chez ces agripreneurs. Mais les résultats peinent à être visibles et ce n’est pas faute d’avoir attendu.

L’effet du fond covid-19

Le Conseil des ministres du mercredi 29 juillet 2020, a adopté des mesures complémentaires de soutien aux entreprises d’exploitation agricoles et aux micro, petites et moyennes entreprises dans le cadre de l’atténuation des effets socioéconomiques du coronavirus. A cet effet, une enveloppe de 100 milliards est destinée à l’agriculture. Un financement qui sera mis en œuvre par le Fnda à travers son guichet 3.

Suite à cette décision, le fnda fait parler de lui. 10 septembre 2020 soit trois ans après sa création, l’institution s’engage avec 7 banques commerciales et 15 Structures financières Décentralisées (Sfd). A quelques choses malheur est bon ! serait-on pressé de dire. Du coup, l’espoir renaît dans le rang des jeunes entrepreneurs agricoles qui par faute de financement adéquat peine à développer leurs entreprises agricoles.

Au lendemain de cette action, dans une interview accordée au web journal agricole www.zoomagro.com , Judith Egounlety, consultante et entrepreneure agricole  clarifie. « Il ne suffira pas de monter des plans d’affaires pour avoir le financement ». Une vérité que bon nombre de gens ignorent et qu’a confirmé le Directeur général du Fonds National de Développement Agricole du Bénin, Valère Houssou lors d’un entretien accordé à Agratime : « le Fnda ne fait pas du crédit ». Et par rapport à l’appel à projet lancé depuis 2019 informe-t-il, « les dossiers sont en cours d’étude ». Comme explication : « Nous travaillons sur ces projets et ceux qui ont transités par les Atda jusqu’au Fnda sont en pleine instruction pour que les bénéficiaires qui ont été identifiés éligibles bénéficient de leurs subventions. Ainsi, tous les guichets sont opérationnels à la différence du guichet 3 que nous sommes en train de lancer et pour lequel nous avons prévu des actions de communications dans les semaines à venir ».

Par ailleurs, rappelons que pour l’ensemble des filières au regard du diagnostic qui a été fait, pour la période 2021-2030, le besoin de financement est évalué à 2374 milliards F.

Les mesures spécifiques au secteur agricole

la nation

L’objectif des mesures destinées à ce secteur qui contribue pour plus de 25 % au Produit intérieur brut et joue un rôle important dans le développement, est de couvrir à la fois les besoins en investissements et en fonds de roulement des entreprises évoluant dans le domaine agricole (production végétale, animale et halieutique), ainsi que de celles réalisant des opérations d’achat d’équipements et de fourniture d’intrants. Le mécanisme sera mis en œuvre par le Fonds national de développement agricole (Fnda), à travers son guichet 3 qui vise à faciliter l’accès des exploitants agricoles familiaux et entrepreneurs agricoles aux crédits adaptés aux besoins et contraintes spécifiques du secteur agricole auprès des banques et systèmes financiers décentralisés.
Il s’agit d’un package de nouvelles mesures proposées en trois volets. Le premier volet a pour objectif de permettre la couverture des risques de liquidité auxquels pourraient être exposées les institutions financières prêteuses dans le cadre d’opérations de financement des dossiers des Pme agricoles. Il consiste à abonder d’un montant de 50 milliards de francs CFA, le sous-guichet 3.1
« Fonds de garantie interbancaire pour le refinancement entre institutions financières ». A cet effet, les banques ou Sfd devront octroyer un crédit aux entreprises agricoles à un taux maximum de 12 % selon les procédures et critères qui leur sont propres, obtenir dès la mise en place du crédit, un refinancement intégral au taux de 2 % auprès du Fnda.

Le deuxième volet consiste en une garantie de 50 % sous forme d’engagement par signature adossé à un « cash collatéral » de 35 milliards de FCFA déposé dans un compte bancaire ouvert à la BCEAO au nom du Fnda. Il sera activé à partir du sous-guichet 3.2 dénommé
« Fonds de Garantie pour l’accès des promoteurs/entrepreneurs agricoles aux crédits ». A l’appui, le troisième volet est constitué d’un fonds de bonification de 15 milliards de FCFA qui sera mis en place pour sortir les crédits à un taux de 2 % au profit des bénéficiaires. Ces mesures d’un coût total de 100 milliards de FCFA permettront de faciliter et d’accélérer l’accès aux crédits, contribuant ainsi à la croissance de la production.

Partager
Publicités
Le coton bio, le dernier challenge du Professeur Talon en Afrique

Publications similaires

Laissez un commentaire