Actualités

Agriculture pluviale dans le piedmont de l’Atacora : ce que révèle la thèse de Mindri Idani sur les risques

On en sait beaucoup plus sur les risques climatiques et anthropiques en agriculture pluviale dans le piedmont de l’Atacora. Mindri Idani en a consacré sa thèse de doctorat de l’Uac en Géosciences de l’Environnement et Aménagement de l’espace, soutenue ce jeudi 22 octobre 2020. Ladite thèse dirigée par le Professeur Euloge Ogouwalé a permis d’identifier les principaux risques rencontrés en Agriculture et leurs implications socioéconomiques dans cette région. « Nous avons apprécié la vulnérabilité des principales cultures à savoir le Sorgho, le maïs, le riz, le niébé et le coton par rapport à chaque risque identifié. Nous avons identifié aussi les stratégies d’adaptation menées par les agriculteurs », a-t-il expliqué.

En effet, dans cette région, l’agriculture qui occupe 90% de la population active est encore pratiquée avec des outils archaïques suivant des pratiques agricoles ancestrales. Elle est confrontée, entre autres, à la fréquence des séquences sèches, la chaleur accablante et les inondations. Il ressort des travaux que le sorgho est vulnérable aux risques hydriques à la phase de croissance. Les singes, les rats, les aulacodes causent aussi des dégâts sur les cultures à la phase de maturité contrairement aux perdrix, perruches à colliers et les pintades sauvages qui engendrent des dégâts à la phase de semis.

De nombreux autres facteurs de risque ont été identifiés et ont conduit le chercheur à faire des propositions. « Nous avons proposé des aménagements hydroagricoles, la promotion de l’utilisation des engrais et le développement du maraîchage dans ce secteur où le climat a tellement d’emprises, dans un contexte de changement climatique », a-t-il suggéré. Le jury présidé par le Professeur Placide Clédjo a apprécié les travaux et élevé l’impétrant au grade de docteur de l’université d’Abomey-Calavi avec la mention très honorable avec les félicitations du jury. Mais en plus, cette thèse est assortie d’un projet d’aménagement d’un site maraîcher de 2ha pour un montant de plus de 3,2 millions de Francs Cfa.

Fulbert ADJIMEHOSSOU (Col)

Partager
Publicités
Le coton bio, le dernier challenge du Professeur Talon en Afrique

Publications similaires

Laissez un commentaire