Actualités

Entreprenariat agricole: La production de bananier plantain est-elle rentable ?

La réponse à cette question peut être affirmative. Oui… ! la production du plantain peut bien être rentable et même très rentable pour celui qui entreprend et adopte les bonnes pratiques de production. Mais, une entreprise agricole reste sujette à des contraintes qui, si elles sont mal gérées, peuvent influencer négativement la rentabilité.

Les charges indispensables dans une plantation

L’installation d’une plantation de plantain exige du promoteur des charges incontournables. La ferme doit être située dans une zone propice au développement de cette culture. Il est indispensable que cela soit à proximité d’un point d’eau ou, à défaut, que le promoteur s’engage à investir dans les infrastructures permettant la disponibilité permanente de l’eau.

En dehors des travaux préliminaires que sont : le défrichage, l’essouchage, il y a des charges incompressibles qui sont liées à la plantation. Au nombre de ces charges, on peut citer : le piquetage-trouaison, l’acquisition des vivo-plants et leur mise en terre, les travaux d’entretien courant (désherbage régulier, la fertilisation et la lutte contre les ennemies de la culture). Il ne faut pas exclure totalement l’éventualité d’un gardiennage vers la fin du cycle de production pour garantir la sécurité des régimes. A ces charges plus ou moins directes, on peut ajouter l’utilisation des matériaux et équipements de la ferme dont les durées et taux d’amortissement sont variables d’un matériel à un autre.

Pour une plantation de 1 ha en culture pure de 1 600 plants par exemple, le cumul des charges est estimé à 2 759 500 FCFA pour la première année de plantation alors qu’aucune recette n’est encore attendue. La première récolte est entre le 12ème mois et le 15ème mois après plantation pour la plupart des variétés locales appréciées des consommateurs. Pour la deuxième année, les charges sont évaluées à 987 000 FCFA. C’est l’année des récompenses, car 02 récoltes sont attendues.

Les recettes prévisionnelles

Dans les conditions d’une application des bonnes pratiques, il est attendu de chaque plant pour la première année, un régime dont le poids moyen est de 12 kg. Pour un investissement de 3 746 500 F CFA sur la première et la deuxième année, la vente des régimes s’élèvent à 6 336 000 F CFA à raison de 2.200 F CFA, le régime de plantain. La marge bénéficiaire qui se dégage est de 2 589 500 F CFA en 18 mois d’exploitation (Voir détail du compte d’exploitation en Annexe). Cette marge ne tient pas compte de l’amortissement foncier qui est très variable d’une zone à une autre.

En perspective

Cela va se poursuivre, mais attention ! Avec le temps les pathogènes et les ravageurs peuvent apparaître et porter atteinte à la production. Il est donc conseillé de renouveler la plantation après 5 ans d’exploitation suivis d’une jachère de deux ou trois ans. Cela permet de réduire les attaques de la fusariose, la Cercosporiose, des viroses et du charançon noir.

Alain Ahohouendo et Robert Agbovoédo

Partager
Publicités

Publications similaires

Laissez un commentaire