Actualités

Agriculture: Actualité des matières premieres

CACAO

Rien ne va plus dans le cacao. Alors que les géants tant de la production que de l’industrie s’affrontent, le marché, lui, chute à la perspective que la Côte d’Ivoire et le Ghana peinent à vendre leur récolte au moment, précisément, où la demande mondiale est terne

Au plan mondial, l’Organisation internationale du cacao a révisé à la baisse ses estimations sur la campagne 2019/20 qui s’est achevée le 30 septembre. L’excédent est estimé maintenant à 19 000 t contre les 42 000 t évoqué auparavant. Elle aussi réduit de 27 000 t ses estimations de production mondiale, à 4 697 Mt, et réduit de 4 000 t les broyages qui totaliseraient 4 627 Mt.

A noter que dans le cadre du bras de fer entre la Côte d’Ivoire et le Ghana et le monde industriel du chocolat, les deux pays ont retiré lundi leur adhésion à la Cocoa Merchants Association of America (CMAA) et réfléchissent à leur positionnement par rapport à la Fédération européenne du commerce du cacao.

CAFÉ

Les cours du café ont glissé cette semaine. Parti vendredi dernier de $ 1,2295 la livre (lb), l’Arabica a terminé hier soir à New York à $ 1,2005, tandis que le Robusta passait de $ 1 410 à $ 1371 la tonne à Londres.

COTON

Le coton s’est légèrement affaissé cette semaine clôturant hier à 71,11 cents la livre contre 73,24 cents  vendredi dernier.  « Jusqu’à présent, la plupart des facteurs qui ont soutenu le marché du coton ces derniers mois sont toujours en place, à savoir la position longue spécifiée nette, les prix élevés du soja  et des céréales, le grand écart de prix entre les prix chinois et internationaux et l’affaiblissement du dollar américain. Ce qui a changé, c’est que la demande des usines a quelque peu ralenti en réaction aux nouveaux confinements en Europe et aux États-Unis, ce qui a incité les acheteurs à adopter une stratégie d’achat au jour le jour » observe Plexus Cotton.

HUILE DE PALME

Le marché de l’huile de palme demeure à un niveau élevé avec une clôture hier sur la Bursa Malaysia Derivatives Exchange  à 3 320 ringgits  ($817,33) la tonne contre 3 338 ringgits vendredi dernier. Le marché est volatile impacté par les marchés extérieurs et l’évolution des autres huiles végétales.

Du côté des facteurs haussiers toujours une offre serrée avec un recul de la production d’huile de palme cette année. Celle de Malaisie aurait chuté de 10 à 15% en novembre. Mais aussi, en Inde la réduction de la taxe sur l’huile de palme brute (voir ci-dessous) ainsi que la hausse par l’Indonésie de sa taxe sur les exportations d’huile de palme brute

RIZ

Les prix à l’exportation du riz indien ont augmenté cette semaine alors que la Chine a commencé ses achats pour la première fois en 30 ans, tandis que les inquiétudes concernant l’offre ont propulsé les prix thaïlandais à un sommet d’environ trois mois.

En Inde, les prix du riz étuvé 5% ont bondi à $375-$381 la tonne contre $372-$378 la tonne la semaine dernière. En dépit de relations diplomatiques tendues, la Chine, qui avait jusqu’à présent refusé d’importer du riz d’Inde en invoquant des problèmes de qualité, vient d’acheter pour la première fois en 30 ans 100 000 tonnes de riz indien pour des expéditions de décembre à février à environ $300 la tonne. Les fournisseurs traditionnels de la Chine, qui importe environ 4 millions de tonnes par an, tels que la Thaïlande, le Vietnam, le Myanmar et le Pakistan, disposent d’une offre limitée à l’exportation et les prix sont moins compétitifs avec environ $30 de plus par tonne par rapport aux prix indiens. Outre la Chine, la demande est aussi soutenue.

SOURCE: COMMODA AFRICA

Partager
Publicités
Le coton bio, le dernier challenge du Professeur Talon en Afrique

Publications similaires

Laissez un commentaire