Actualités

Conception d’un système alimentaire durable au Bénin: Le Cevaste initie un dialogue public

Partir d’un dialogue national avec les différents acteurs travaillant sur les systèmes alimentaires afin d’aboutir à la conception d’un bon système alimentaire durable au Bénin. C’est l’objectif poursuivi par le Centre d’expérimentation et de valorisation de l’agroécologie des sciences et techniques endogènes (Cevaste) en initiant jeudi 11 mars 2021 à Ouidah, un atelier d’échanges entre les différents acteurs du secteur.

Tout est parti de la présentation de l’état des lieux du système alimentaire du Bénin. Une présentation suite à laquelle les participants intervenants dans les différents domaines alliés à la thématique ont été invités à apporter des informations complémentaires et faire des propositions. S’adonnant à l’exercice, Dr Peggy Tohinlo, représentant la PASCIB, renseigne que le Bénin dispose désormais d’une loi agricole qui reste à être adoptée par l’Assemblée nationale ; qu’il a validé en décembre 2020 la politique nationale de sécurité alimentaire et nutritionnelle, la stratégie pour une agriculture sensible à l’alimentation et la constitution d’un stock pour la sécurité etc.  Après cette phase, les réflexions se sont poursuivies en travaux de groupe. Sous la conduite du consultant Pierre Bédiyé, un document de synthèse sera produit et sera validé dans les tous prochains mois au cours d’un atelier. Ceci, avec l’appui technique et financier de l’Alliance pour une souveraineté alimentaire en Afrique (Afsa).

12% des ménages en insécurité alimentaire au Bénin

Par ailleurs, rappelons que la FAO estime à 3 950 hectares, soit 35%, la superficie de terre agricole disponible au Bénin 1. Le rapport portant Analyse Globale de la Vulnérabilité et de la Sécurité Alimentaire (AGVSA) de novembre 2017 révèle qu’au niveau national, 972 000 personnes sont en insécurité alimentaire soit 12% des ménages. Bien que le reste de la population soit considéré comme étant en sécurité alimentaire, 1 048 000 personnes sont à risque d’insécurité alimentaire (13,2%) et plus d’un tiers des enfants de 6 à 59 mois souffrent de malnutrition chronique.

Malgré le caractère alarmant de ces informations, les mesures de promotion de l’agriculture prises par les gouvernants ne sont pas en faveur des cultures vivrières mais des cultures de rente tel que le coton. Le Bénin présente un fort potentiel pour la production de riz dans la vallée de l’Ouémé et dans la région de Malanville. Paradoxalement, l’importation de riz est favorisée par le gouvernement au détriment de la promotion de cette culture. Cette politique n’est pas favorable à la consommation du riz produit localement qui se retrouve en concurrence avec le riz importé d’Asie et d’ailleurs.

Partager
Publicités
PATRICE TALON GREEN NEWS

Publications similaires

Laissez un commentaire