Actualités

Bénin/Protection de la biodiversité : Bientôt une aire maritime protégée à Akpakpa-Donaten

La Zone d’importance écologique et biologique (Zieb) de Donaten à Akpakpa mérite une attention particulière. Le rapport de caractérisation objet d’un atelier de validation le 28 juillet révèle plusieurs vulnérabilités. Il a été réalisé dans le cadre du Programme d’Appui à la Surveillance mondiale pour l’Environnement et la Sécurité en Afrique (Gmes-Africa).

Il faut aller vers la création de l’Aire Marine Protégée de Donaten : « Cela servirait à coup sûr à sauvegarder les ressources biologiques et génétiques de la faune et de la flore maritime de cette partie du Bénin et de la sous-région». C’est une recommandation de l’équipe technique de rédaction du rapport de caractérisation de la Zieb de Donaten à Cotonou.  A l’issue des travaux conduits par des océanographes, biologistes, cartographe, chimiste, agronome forestier, et ornithologue, d’énormes potentialités ont été identifiées, de même que des menaces.

31 espèces d’oiseaux réparties en 20 familles y ont été dénombrées dont 27 espèces sont résidentes. 6 sont des espèces migratrices interafricaines et 5 espèces sont migratrices. L’évaluation des stocks de poissons a permis de dénombrer 257 espèces de poissons dont 43 sélaciens répartis en 21 familles, plus de 214 téléostéens pour 80 familles, 10 espèces de crustacés et 4 espèces de céphalopodes.

De même, à l’étape actuelle de l’évaluation du degré de menace, on note 25 espèces appartenant à différentes catégories de menaces de l’Iucn tant au niveau national qu’international. « C’est une zone de forte migration et de ponte de plusieurs espèces de tortues marines qui sont toutes menacées au niveau national et international », renseigne le rapport.

Dans son mot d’ouverture, Dr Zacharie Sohou, Directeur de l’Institut de Recherches Halieutiques et Océanologiques du Bénin (Irhob) a salué la synergie entre les différentes institutions pour parvenir à ces résultats. « Il faut des actions soutenues pour la préservation de la biodiversité marine et côtière. C’est dans ce cadre que s’inscrit la création des Aires marines protégées », a-t-il souligné.

L’initiative a été soutenue par le Centre régional de mise en œuvre du Gmes-Africa, l’Université du Ghana. Nous espérons que cette aire marine protégée sera établie et bien suivie », a dit Azumah Yao au nom de Gmes-Africa.

Stephen FENOU (Col)

Partager
Publicités

Publications similaires

Laissez un commentaire