Actualités

Bénin/Anomalies pluviométriques : «Les producteurs ne devraient pas être surpris des longues séquences sèches observées…», Boris Anato

Face à la cherté des produits agricoles, plusieurs causes sont énumérées. Et, d’un acteur à un autre, elles s’expliquent…

Pour les producteurs, entre autres causes, la pluviométrie, caractérisée par  des poches de sècheresse en début de saison pluvieuse. Et qui, pour certains, participe de la surenchère des produits agricoles telle qu’observée actuellement. Mais, là-dessus, «Les producteurs ne devraient pas être surpris des longues séquences sèches observées de mars à mai 2021 et qui leur ont été préjudiciables», a confié au quotidien La Nation, Boris Anato, Directeur de la prévision météorologique à Météo Bénin. Ceci, poursuit-il, «Puisque nous l’avions annoncées». Pour lui, si c’est le cas, c’est parce que l’information n’a peut-être pas atteint tout le monde, malgré la vulgarisation qui a été faite à leur niveau.

Or, pour produire, il faut aussi s’informer. L’information agro-climatique doit être surveillée du coin de l’œil par les producteurs. Avertis, pensent des observateurs, ils pourront mieux s’adapter. Selon le spécialiste de la Météorologie, cela est nécessaire pour éviter, par exemple, les pertes de semis et les retards de croissance du fait du stress hydrique. «Les conseils agricoles ne sont pas seulement utiles quand il y a un déficit. Il faut savoir s’adapter, quand les prévisions saisonnières annoncent une pluviométrie de trop, par un choix judicieux des variétés», conseille-t-il. Les changements climatiques ne sont qu’à leur début, selon des études. Il faut les prendre au sérieux afin de pouvoir, au mieux, s’adapter. Du moment où ça évite à la population d’avoir à traîner l’estomac dans les talons.

Fênou-Amba OLOU

Partager
Publicités
Le coton bio, le dernier challenge du Professeur Talon en Afrique

Publications similaires

Laissez un commentaire