Actualités

GIEC : «Le réchauffement planétaire de 2°C sera dépassé au cours du 21è siècle»

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC ; en anglais : Intergovernmental Panel on Climate Change, IPCC), a sorti un rapport sur l’évolution du réchauffement global, phénomène, inquiétant à plus d’un titre. La responsabilité humaine est mise en cause rapporte vifafriquetv.

Le monde entier est en état d’alerte. Les scientifiques du GIEC n’ont pas eu la langue de bois pour dire ce qui attend l’humanité d’ici la fin du 21è siècle, si éventuellement, rien n’est fait d’ici là. Et, selon les informations rapportées par le média, aucune région ne sera épargnée des affres du réchauffement climatique.

Ce bilan, le travail de 234 scientifiques venus au total de 66 pays, indique que les activités humaines sont à l’origine du réchauffement climatique jamais observé depuis au moins 2000 ans.

En effet, selon le rapport rendu public ce lundi 09 août 2021, les émissions de gaz à effet de serre dues aux actions humaines sont la cause d’un réchauffement d’environ 1,1°C entre 1850 et 1900. Par ailleurs, il fait constater que la température mondiale atteindrait ( et pourrait même excéder ) 1,5°C de réchauffement au moins sur les 20 prochaines années en raison des émissions de gaz à effet de serre. Un réchauffement planétaire de 1,5°C, entraînerait des vagues de chaleur, des saisons chaudes plus longues et des saisons froides plus courtes de plus en plus fréquentes. Selon les experts du GIEC, le réchauffement planétaire de 2°C sera dépassé au cours du 21è siècle. 

Toutefois, les réductions considérables et à long terme des émissions de dioxyde de carbone ( CO2 ) et d’autres gaz à effet de serre seraient une alternative sérieuse afin d’éviter le pire d’ici 20 à 30 ans. «Pour stabiliser le climat, il faudra réduire fortement, rapidement et durablement les émissions de gaz à effet de serre, et atteindre des émissions nettes de CO2 nulles.  «La limitation des autres gaz à effet de serre et des polluants atmosphériques, en particulier le méthane, pourrait avoir des effets bénéfiques tant sur la santé que sur le climat, a souligné Panmao Zhai, coprésident du groupe de travail du GIEC», renseigne le média.

Thomas BAMIGBOLA (Stag)

Partager
Publicités

Publications similaires

Laissez un commentaire