Actualités

Bonne santé des sols : L’IFDC et la CA4SH se serrent les coudes

Le sol est menacé. Il souffre d’événements climatiques néfastes de plus en plus réguliers, tels que la sécheresse et les inondations. Face à l’enjeu, Le Centre international de développement des fertilisants (IFDC) pose un acte fort. Il a rejoint la Coalition d’action pour la santé des sols (CA4SH).

Les chiffres sont glaçants. Selon la CA4SH, plus de 40 % de la surface de la terre est dégradée. “La terre végétale précieuse est perdue à un rythme de 75 milliards de tonnes par an. Combiné à l’exploitation continue des éléments nutritifs du sol, cela entraîne une perte agricole économique de 400 milliards de dollars par an, ce qui a un impact négatif sur environ 3,2 milliards de personnes”, peut-on lire sur le site de l’IFDC. C’est dire qu’il y a urgence, il faut agir. Et, c’est en s’inscrivant dans cette dynamique que l’IFDC, organisation internationale qui s’attache tout particulièrement à développer des technologies appropriées et à diffuser les connaissances susceptibles d’accroître la production  dans les pays en développement, a rejoint la CA4SH, un groupe de solutions du Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires (UNFSS) et dont l’objectif est de faciliter l’adoption et la mise à l’échelle de pratiques de restauration qui améliorent la santé des sols dans les paysages productifs grâce à des investissements et à des actions politiques ; à catalyser et à mettre en synergie les engagements et les investissements mondiaux en faveur de la santé des sols et de ses gardiens, à savoir les petits agriculteurs, par les États membres de l’ONU, le secteur privé, la société civile et les organisations de recherche, ainsi que les organisations et fondations multilatérales.

ZOOM AGRO RECRUTEMENT Etre titulaire d'un DEAT Spécialité Socio-économie ou gestion des exploitants ou autres Diplômes équivalents

Pour la Coalition, lorsqu’on cherche des solutions pour atteindre les Objectifs de développement durable ( Odd) de l’ONU, le monde doit comprendre que la réponse se trouve sous nos pieds, renseigne la publication. Le sol, en effet, est le fondement des systèmes alimentaires mondiaux et au-delà de la production de 95% des aliments dans le monde, il fonctionne également comme un régulateur majeur du carbone et de l’eau. Un «unificateur à travers les défis mondiaux complexes et interdépendants de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, du changement climatique et de la perte de biodiversité», pense la Coalition. 

Le sol offre également une solution pour atténuer les effets du changement climatique. Aussi, pour garantir des systèmes alimentaires durables, en particulier à la lumière du déficit alimentaire de 56% qui sera connu en 2050, les investissements des secteurs public et privé dans la santé des sols sont essentiels.

Fênou-Amba OLOU (Coll)

Partager
Publicités

Publications similaires

Laissez un commentaire