Actualités

Engrais : Le Bénin tient bon malgré la hausse généralisée des prix

Les prix des engrais azotés atteignent des plus hauts niveaux sur le marché mondial et la tendance reste haussière. La flambée se répercute sur les prix en Afrique.

Contrairement à d’autres pays de l’Afrique de l’Ouest, le Bénin s’en sort mieux. La raison selon RFI, est que Patrice Talon : « le président est lui-même investi dans le secteur du coton et des engrais, et sait où et quand acheter pour ne pas se retrouver pris au piège du marché international ». Visiblement, ce qui n’est pas le cas ailleurs. A propos, AfricaFertilizer informe que les prix des engrais flambent au Burkina Faso et au Mali et leur disponibilité est réduite en pleine campagne céréalière. Au Burkina Faso, par exemple, le prix d’un sac de 50 kilos d’urée varie entre F Cfa 20 000 et F Cfa 25 000 et la disponibilité est très faible alors même que la saison agricole est déjà bien entamée. Par contre, le prix de cession du meme produit dans les magasins situés à Cotonou et ses environs est autour de 14 000 F Cfa. Cette situation a engendré la réimportation frauduleuse des engrais vers les pays de l’hinterland.

Par ailleurs, cette hausse des cours qui concerne les trois principales formes d’engrais azotés, s’expliquerait par une combinaison de facteurs à savoir : l’augmentation des prix du gaz naturel, le contexte haussier des matières premières et la demande de certains pays comme l’Inde.

Partager
Publicités

Publications similaires

Laissez un commentaire