Actualités

L’Ansr vulgarise la Loi 2017-29 du 15 mars 2018 portant sûreté radiologique et sécurité nucléaire en République du Bénin

L’Autorité nationale de la sûreté radiologique et de la radioprotection (Ansr) organise des séminaires de dissémination de la Loi 2017-29 du 15 mars 2018 portant sûreté radiologique et sécurité nucléaire en République du Bénin, et d’appropriation de ses textes d’application et des formulaires de notification ou déclaration et de demande d’autorisation.  Pour ces rencontres prévues pour se tenir dans tous les départements, c’est la salle de conférence de la Mairie de Cotonou qui a abrité la session Littoral meublée de communications, ce mardi 05 octobre 2021.

Ce séminaire, aux dires du Secrétaire permanent (Sp) de l’Ansr, Pr Kuassi Marcellin Amoussou-Guenou vise à familiariser les exploitants des rayonnements ionisants avec le cadre réglementaire en vigueur,  les sensibiliser sur leurs devoirs vis-à-vis de l’Ansr, notamment, la nomination d’une personne compétente en radioprotection, l’obligation de soumettre une déclaration de leur installation à l’Ansr ; autoriser les inspections inopinées et programmées de l’Ansr et attirer leur attention sur les moyens à mettre en œuvre pour réduire les risques évitables, en l’occurrence le Contrôle/Qualité des installations.

Pour le représentant du Ministre de l’énergie au sein du Conseil de surveillance, représentant pour la circonstance le Colonel Bertin Bada, Président du Conseil de surveillance,  cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la sensibilisation, de l’information, de l’éducation et de la communication pour une utilisation pacifique, sûre et sécurisée des rayonnements ionisants qui peuvent être définis comme une énergie invisible et nuisible mais inconnue de la plupart des populations béninoises.   Ainsi, après l’élaboration des sept (07) textes fondamentaux d’application de la loi nucléaire qui sont tous téléchargeables sur le site web de l’Ansr,  il fallait, selon les propos du Pr Kuassi Marcellin Amoussou-Guenou, les vulgariser. Ces textes étant, poursuit-il, le premier bouquet juridique nécessaire à la culture de la sûreté radiologique et à la sécurité nucléaire sans faille au sein des installations et activités utilisatrices de l’atome.

«Pour limiter les risques évitables liés à l’utilisation des rayonnements ionisants, vous aurez la lourde responsabilité d’appliquer strictement les dispositions contenues dans les textes législatifs et réglementaires dédiés à l’atome. C’est une tâche exaltante pour les exploitants que vous êtes ! Je sais compter sur votre sens de responsabilité pour que ces textes juridiques servent de socle au sein de votre entreprise pour jeter les bases d’une parfaite sûreté des travailleurs et une sécurité sans faille des installations», exhorte Pr Kuassi Marcellin Amoussou-Guenou. Ceci, du fait de la gravité des risques inhérents à l’usage incontrôlé des rayonnements ionisants. «Les rayonnements ionisants peuvent entraîner la mort, les malformations sur la progéniture, les cancers, la stérilité, la cataracte etc», alerte-t-il.

De l’importance de l’Ansr

Vingt ans (20) ans après l’adhésion en 1999 du Bénin à l’Agence internationale de l’énergie atomique (Aiea), les statuts de l’Autorité nationale de la sûreté radiologique et de la radioprotection (Ansr) ont été approuvés au cours du Conseil des Ministres du 06 septembre 2019. Le 24 décembre de la même année, les membres du Conseil de surveillance de l’Ansr ont été nommés en Conseil des Ministres. Du fait des nombreux désagréments dus à la Covid-19, il a fallu attendre le 20 août 2020 pour que le Secrétaire général de la Présidence de la République installe officiellement les membres du Conseil de surveillance de l’Ansr. Pour Pr Kuassi Marcellin Amoussou-Guenou, le législateur aura vu juste. « …Ceux qui savent à quel point l’absence du cadre réglementaire avait pénalisé le Bénin dans le retard de la création d’un service de médecine nucléaire et d’un service de radiothérapie comprennent le rôle de l’Ansr… L’Ansr est à vos côtés ! C’est le gage de la crédibilité du Bénin auprès de l’Aiea, pour qu’elle autorise l’importation d’appareils et de sources radioactives utiles au développement de l’économie nationale, comme les accélérateurs linéaires pour traiter les cancers, les Troxler pour la confection des routes», apprécie le Secrétaire permanent.

Partager
Publicités

Publications similaires

Laissez un commentaire