Actualités

Approvisionnement en intrants des petits maraîchers : Pour plus de rentabilité, l’achat en bloc par produit conseillé.

Celui qui a l’information, a le pouvoir. Cette assertion est encore beaucoup plus valable dans le domaine d’approvisionnement en intrants lorsqu’on s’en tient aux producteurs qui préfèrent s’approvisionner en intrants suivant le besoin de l’heure. C’est ce que vit, au quotidien, Ludovic Nado, gérant de la boutique de vente d’intrants agricoles GléGan, qui préconise l’achat en bloc …


C’est le samedi matin. Ce 13 novembre 2021 à la boutique GléGan, les portes sont déjà grandement ouvertes pour accueillir les clients. Dans cette boutique, arrivent de temps à autres, des producteurs, le plus souvent des maraîchers. Âgé de la quarantaine, monsieur X est là pour acheter des semences reconditionnées de laitue de 10g, de quoi faire quelques planches pour les fêtes de fin d’année. Alors qu’il se faisait servir, il discutait également avec Ludovic Nado, gérant de ladite boutique. D’une phrase, il en a fait plusieurs. Il n’a pu se retenir avant de s’être érigé en conseiller à l’endroit de Ludovic Nado.


«Si vous essayez la vente en de petits détails des intrants, je vous assure que les gens vont se ruer pour les acheter » a-t-il confié. «Tu n’as pas tort », lui rétorque ce dernier, tout souriant. C’est un sourire derrière lequel se cache toute une réalité. Pour illustrer son idée, le client suggére à son fournisseur d’intrants, le reconditionnement de l’engrais folliare (npk 20 20 20 ) de 1kg en des sachets de 20g pour un prix unitaire de 100f.


Mon peuple périt, faute de connaissance…


En effet, s’il y a bien une chose qui ne profite guère les maraîchers pour leurs approvisionnement en intrants, c’est l’achat d’intrants en quantité inférieure aux besoins estimatifs pour conduire à terme la spéculation. Sous prétexte de manque de moyens financiers, certains producteurs notamment maraîchers amoindrissent leurs marges bénéficiaires sans le savoir et perdent de leur temps. Sur ce, ils augmentent implicitement la marge bénéficiaire de leurs fournisseurs d’intrants surtout pour les produits reconditionnés.

Le problème c’est qu’à défaut de prendre les intrants ( engrais, inserticide, nématicide, biostimulant etc.) une fois de bon afin de les utiliser de façon raisonnable tout au long de la production, ils font plutôt le contraire. Par exemple, au lieu de payer le bidon de 1 litre d’insecticide ou 10 kg d’urée ou de Npk, qu’il leur faut pour conduire à terme leur production , certains maraîchers préfèrent venir payer chaque semaine, 60g d’engrais foliaire sous prétexte qu’ils manquent de moyens financiers. Ce qui leur revient en fin de compte plus cher, sans oublier les risques d’appliquer à temps les doses recommandées faute d’oubli, de rupture de stock, ou autres. Ce qui impactera à coup sûr leur rendement.

Dans ce cas, à chaque fois que le producteur préfère un produit reconditionné, il perd plus. D’une part, il gaspille le temps de travail en se déplaçant à chaque fois pour le même produit. D’autre part, la boîte lui revient plus chère, au final. « cet engrais de 3500f le kilogramme peut être finalement vendu à 5000f lorsque le client vient l’acheter de cette manière », avoue Ludovic Nado.


GléGan se mue en conseiller agricole


Pour régler ce problème, et bien d’autres, ces producteurs ont besoin d’être sensibilisés. C’est dans cette logique d’orientation et de partage d’expériences que ça soit sur le plan technique, organisationnel et managérial que GléGan organise une journée porte ouverte ce mardi 16 novembre 2021. C’est une journée au cours de laquelle des spécialistes de la chaîne de production maraîchère ont été conviés. Ce sera l’occasion pour les acteurs du domaine d’avoir d’importantes et de vraies informations pour optimiser leur production. De surcroît, des réductions allant de 5 à 15% seront offertes sur tout achat, rassure le gérant.

La journée dite de partages d’expériences et d’orientation se déroulera de 8h à 19h à la boutique GléGan située au carrefour Misséssinto à 50 mètres à gauche en quittant Calavi pour Glo.


Prince BAMIGBOLA (Stag)

Partager
Publicités

Publications similaires

Laissez un commentaire