Actualités

Bénin/ Budget du MAEP Exercice 2022: Gaston Dossouhoui plaide pour 87 milliards Fcfa.

Le ballet des ministres devant la Commission budgétaire parlementaire continue. Hier, jeudi 18 novembre 2021, c’était le tour du Ministre de l’agriculture de l’élevage et de la pêche, Gaston Dossouhoui de défendre le budget de son institution. 87 milliards FCFA, soit une augmentation de 13,2% par rapport à l’année 2021, c’est ce qu’il faudrait pour continuer le développement agricole du Bénin en 2022.

Pour le Ministre de l’agriculture, Gaston Dossouhoui, Selon le cadrage, le projet de budget de son Ministère est estimé à 87 milliards 895 millions Fcfa soit une augmentation de 13,2% par rapport à l’année 2021 dont le budget est de 77 milliards 700 millions Fcfa. La répartition de ce budget se présente ainsi qu’il suit : les ressources intérieures doivent l’alimenter à 74%, les dons à 9% et les prêts à 17%. Ce qui est caractéristique pour la projection que nous avons eu à faire, c’est de réduire sensiblement les dépenses ordinaires qui, malgré l’inflation et l’augmentation en termes de gestion au niveau de l’exploitation, sont restées au niveau de 37% et les ressources en capital à 63%. «Il nous faut maintenant investir dans notre agriculture pour quelle puisse décoller. Il faut accompagner franchement les opérateurs économiques privés pour qu’ils aient la faciliter de financer le secteur agricole.

Les priorités auxquelles nous nous sommes confrontées, c’est d’abord et avant tout de renforcer ce qui est acquis au niveau du Programme d’actions du gouvernement (PAG1) et de dérouler les programmes et initier la problématique des grandes plantations et des grandes cultures que l’Etat se propose de mettre en place et de mettre après en concession. A cet effet, nous mettons d’abord le phare sur la satisfaction des producteurs en matière d’intrants (semences, engrais, pesticides et autres), la satisfaction sur la maîtrise de l’eau, la satisfaction sur la mécanisation avec des équipements beaucoup plus diversifiés pour plusieurs opérations afin de réduire pénibilité du travail.

Un volet spécial est prévu pour l’élevage où nous allons vers la sédentarisation, le développement de l’alimentation des animaux à partir des résidus de récoltes et les produits de notre agriculture. La pêche connaîtra un accroissement avec la qualité des alevins que nous mettons à disposition et surtout l’alimentation des poissons.

Partager
Publicités

Publications similaires

Laissez un commentaire